M982.20.1 | Robe

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Robe
Vers 1810, 19e siècle
Don de Mrs. H. S. LeMoyne
M982.20.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Robe (88)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

La nouveauté la plus frappante de cette robe est la jupe : légèrement évasée à godets obliques et tirant latéralement vers l'arrière. La jupe est montée sans plis à la taille sur le devant, mais par de légères fronces à l'arrière. L'encolure du petit corsage est froncée à l'avant et à l'arrière par des rubans coulissants. Dans le dos, la fermeture est pourvue d'un autre ruban qui assure l'ajustement de la taille haute. Le devant du corsage, de même que les courtes manches légèrement bouffantes, sont joliment décorés de blonde, dentelle aux fuseaux faite main, et de chenille à petits motifs floraux perlés aux lignes ondoyantes réalisée au point de tige et au point feuille. La dentelle a été appliquée par la méthode française de l'entre-deux. On retrouve à l'arrière de chaque manche une petite applique en forme de feuille faite de perles assorties. Une étroite bande de dentelle aux fuseaux faite main, de type torchon, décorée des mêmes perles et ayant peut-être été ajoutée ultérieurement, borde le bas de la robe. Vers 1813, certaines jupes commencent à s'évaser de façon semblable à celle de notre modèle, et cette ligne se généralise deux ans plus tard. Dans les gravures publiées vers 1815 et après, les ornements se font de plus en plus nombreux, surtout près de la ligne d'ourlet. Mais certaines robes restent encore pratiquement dépourvues d'ornements. C'est à partir de 1820 que les manches commencent en général à prendre de l'ampleur. Durant la deuxième décennie du siècle, les couleurs voyantes sont monnaie courante; un jaune éclatant est particulièrement en vogue. (Extrait de: Jacqueline BEAUDOIN-ROSS, Formes et modes : le costume à Montréal au XIXe siècle, Musée McCord d'histoire canadienne, 1992, p.18.)

Clefs pour l'histoire

Datant d'environ 1810, cette robe sera portée par Mlle Barnard lors d'un bal costumé près de 90 ans plus tard. Selon les journaux de l'époque, la robe de Mlle Barnard est en « soie levantine jaune, garnie de perles et de dentelle anglaise et agrémentée d'un collier et d'ornements antiques en semence de perles et topaze, qui datent d'une centaine d'années et qui ont été portés par une ancêtre, Mme Barnard, à l'époque de l'Empire, en 1812 ».

Le tissu croisé de soie de la robe, jadis appelé « soie levantine », ainsi que la garniture de dentelle et de perles correspondent à la description de Mlle Barnard rapportée dans les journaux. Un ruban de soie datant des années 1890 a été donné avec la robe; il existe une photographie de dos de Mlle Barnard où elle porte le ruban à la taille.

  • Quoi

    Cette robe illustre la mode de la première décennie du XIXe siècle, alors que la taille était très haute, l'encolure basse et les manches bouffantes.

  • La famille Barnard descend des Loyalistes qui sont arrivés à Québec en 1774.

  • Quand

    On ignorait que cette robe avait été portée à l'occasion d'un bal costumé jusqu'à ce que l'on trouve cette photographie dans les années 1990.

  • Qui

    Il est possible qu'Elise Barber, épouse de James Barnard, soit la propriétaire initiale de cette robe.