M975.79.1A-Z | Panier à pique-nique

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Panier à pique-nique
1915-1940, 20e siècle
31 x 58 x 15.5 cm
Don de Mrs. F. W. Cowie
M975.79.1A-Z
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Panier (372)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au début du XXe siècle, le pique-nique est une activité aussi appréciée des gens aisés que des citoyens moins fortunés.

Les Montréalais pique-niquent dans les parcs publics, notamment au Mont Royal et à l'Île Sainte-Hélène, dès le XIXe siècle. Toutefois, au début du XXe siècle, grâce au tramway qui rejoint certaines banlieues, il devient plus facile de pique-niquer à l'extérieur de la ville.

De nombreux organismes caritatifs, associations et corps de métiers prennent alors l'habitude d'organiser de grands pique-niques, imitant en cela les habitudes de la bourgeoisie et de l'aristocratie britannique qui s'adonnent depuis longtemps à cette activité champêtre. Les pique-niques, qui ont surtout lieu le dimanche, commencent souvent par une procession. Chargés de paniers remplis de nourriture, les gens se rendent en groupes sur le lieu des festivités où ils prennent leur repas assis sur l'herbe ou à des tables avant de participer à des jeux ou à des compétitions de toutes sortes.

  • Quoi

    Ce panier plutôt luxueux contient un service pour quatre personnes - assiettes, tasses, cuillères et couteaux - ainsi que quelques plats pour les sandwichs, le beurre et les boissons.

  • Ce panier et son contenant ont été fabriqués en Grande-Bretagne pendant la première moitié du XXe siècle, mais ils ont été utilisés dans la région de Montréal.

  • Quand

    Les ouvriers catholiques francophones participaient en plus grand nombre aux pique-niques du dimanche car le clergé protestant n'appréciait guère que ses fidèles s'amusent le jour de la célébration du culte.

  • Qui

    Pour la classe ouvrière, le pique-nique était à la fois une occasion de repos et un moyen de s'organiser et de débattre de toutes sortes de préoccupations sociales, politiques ou religieuses.