M975.64.2 | Crachoir

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Crachoir
Glasgow Pottery Company
1875-1890, 19e siècle
8.3 cm
Achat de Mrs. Nettie M. Sharpe
M975.64.2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Crachoir (4)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Ce crachoir en faïence nous rappelle qu'à une certaine époque il était acceptable de cracher, même en société. On ne savait pas que cette pratique pouvait contribuer à la transmission des bactéries. La tuberculose est une des principales causes de maladie et de mortalité chez les populations adultes au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Riches ou pauvres, jeunes ou moins jeunes, personne n'est à l'abri de cette maladie infectieuse. Les héroïnes de romans et d'opéras, comme Mimi dans La Bohème, sont souvent ses victimes. La tuberculose est toutefois beaucoup plus dévastatrice en milieu ouvrier où la population souffre davantage de carences alimentaires et où la promiscuité facilite la transmission de la maladie. Des analyses bactériologiques révèlent que le lait peut également être une importante source de contagion. Les vétérinaires estiment que plus de 10 % des vaches laitières du Québec sont atteintes de tuberculose bovine et, par conséquent, produisent du lait infecté.

  • Quoi

    Comme plusieurs objets qui décoraient les foyers québécois à la fin du XIXe siècle, ce crachoir a été fabriqué par une entreprise du Haut-Richelieu.

  • Les villes d'Iberville et de Saint-Jean dans le Haut-Richelieu sont reconnues à la fin du XIXe siècle comme les principaux centres de la poterie et de la faïence au Québec.

  • Quand

    Ce crachoir a été fabriqué entre 1877 et 1882, à une époque où les motifs patriotiques tels la feuille d'érable et le castor étaient très populaires.

  • Qui

    La Glasgow Pottery qui a créé ce crachoir s'est établie à Iberville en 1877. L'entreprise produit une grande variété de faïences jusqu'à sa fermeture en 1882.