M975.62.263.3 | Grande finale du feu d'artifice tiré en l'honneur du Prince de Galles et de la fin des travaux du pont Victoria, Montréal, Canada.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Gravure sur bois
Grande finale du feu d'artifice tiré en l'honneur du Prince de Galles et de la fin des travaux du pont Victoria, Montréal, Canada.
G. A. Lilliendahl
1860, 19e siècle
Encre sur papier journal - Gravure sur bois
27.5 x 40.5 cm
Don de Mr. Charles deVolpi
M975.62.263.3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  événement (534) , Histoire (951) , Impression (4091)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'effervescence qui régnait à Montréal lors de la grande finale du feu d'artifice, tenue à l'occasion de l'inauguration du pont Victoria, est décrite dans The Montreal Witness, le 29 août 1860 :

« La ville était remplie de visiteurs américains et de touristes venus d'outre-mer et, de l'avis de tous, jamais les illuminations de la Great St. James [une partie de l'actuelle rue Saint-Jacques], du square Victoria à la place d'Armes, n'avaient été égalées. La vision du port était féerique; les navires de guerre, le navire postal et le United Kingdom de Glasgow étaient illuminés; de tous les ponts partaient des salves de fusées et les hublots étaient tous brillamment éclairés. Des fusées et des feux de Bengale furent tirés de Sainte-Hélène; du grand pont la vue était unique. Chaque rue apporta sa contribution : lueur de chandelles ou lumières éblouissantes au gaz, de telle sorte que, pendant trois heures, on peut dire que Montréal souligna l'arrivée du prince de Galles par un interminable flamboiement de lumières - de l'horizon au zénith tout scintillait, surpassant toutes les splendeurs et magnificences de l'Orient...Tous les jardins publics étaient décorés avec goût de transparents et, dans les feuillages, il y avait profusion de lanternes colorées... Le dôme de l'hôtel de ville était brillamment éclairé par 3 000 becs de gaz, et les fenêtres du grand bâtiment étaient diaprées de transparents et de lanternes chinoises. »

The Montreal Witness, 29 août 1860.