M975.61.144 | Scène de patinage

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Estampe
Scène de patinage
E. J. Whitney
1850-1860, 19e siècle
23 x 35 cm
Don de Mr. Charles deVolpi
M975.61.144
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570) , Scène de genre (188)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les bons et les mauvais loisirs

La croissance de l'offre de loisirs soulève aussi de nombreuses questions sur les bons et les mauvais divertissements. Comment définir un bon loisir ? Comment repérer les mauvais ? C'est à la fois simple et compliqué. Les activités qui contribuent à la formation des individus, à leur enrichissement et leur élévation ou leur développement sur le plan spirituel sont les plus valorisées. Les mauvais loisirs, au contraire, ceux qui font appel aux émotions, excitent les passions et exhibent de la violence, sont perçus comme menaçants et, par conséquent, dénoncés. Or, il arrive que des activités considérées a priori comme saines, tel le patinage, bousculent les conventions et les normes sociales. Difficile donc d'établir une frontière et de la maintenir...

References
Cincy Aron, A History of Vacations in the United States, New York, Oxford University Press, 1999, p. 35-36

Gilles Janson, Emparons-nous du sport : Les Canadiens français et le sport au XIXe siècle, Montréal, Guérin, 1995, p. 120-121.

  • Quoi

    Le patinage, qui se pratique un peu partout, devient très tôt une activité accessible à tous, enfants comme adultes.

  • Des patinoires, ou ronds de glace comme on les appelle souvent à l'époque, sont aménagées sur diverses surfaces gelées comme les lacs.

  • Quand

    Le patinage devient plus populaire à partir des années 1860, avec la généralisation des patins avec lame entièrement en métal, fabriqués en manufacture.

  • Qui

    Cette scène où l'on voit une femme poursuivie par un groupe d'hommes respecte-t-elle les conventions de l'époque ? Le public qui observe le tout avec un air interrogateur permet d'en douter.