M973.49.5.1-2 | Redingote et gilet

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Redingote et gilet
1875-1900, 19e siècle
Don de la succession A. D. Savage
M973.49.5.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Habit (41)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Pour un groupe social en émergence, comme les membres de la bourgeoisie ou des classes moyennes, la consommation est à la fois affirmation de soi et expression d'un nouveau statut social. Cela est particulièrement vrai dans le domaine de l'habillement. La qualité de la coupe, des tissus, des accessoires - tout témoigne de la position qu'un individu occupe au sein de la société. Il faut donc respecter les normes qui dictent ce qui est approprié selon l'âge, le genre, l'état civil et les circonstances. Pour s'habiller avec goût, il faut enfin être attentif aux subtilités de la mode et fréquenter une modiste ou un marchand tailleur réputé.

References
Source imprimées



Joanne Burgess, « Gibb, Benaiah », Dictionnaire biographique du Canada, Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 1987, vol. VI, p. 313-314.

Source : circuit web 'La consommation : une passion victorienne' de Joanne Burgess, Université du Québec à Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Une redingote et son gilet, confectionnés à Montréal par la firme de tailleurs Gibb & Co., probablement faits sur mesure. Il s'agit d'un vêtement élégant : le tissu est un sergé de laine à chevrons, les parements sont en sergé de soie.

  • En 1875, cela fait déjà près d'un siècle que la firme de tailleurs Gibb & Co. s'est établie à Montréal. Son établissement est situé dans le Vieux-Montréal, d'abord sur la rue Notre-Dame, puis sur la rue Saint-Jacques.

  • Quand

    Cette redingote et le gilet qui l'accompagne ont été fabriqués entre 1875 et 1900.

  • Qui

    Ces vêtements ont appartenu à M. John George Savage (1840-1922), dont la famille connaît beaucoup de succès dans l'industrie et le commerce montréalais. Son père, Alfred Savage, était propriétaire d'une manufacture de savon.