M971.171 | La ferme des prêtres.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin
La ferme des prêtres.
Charles Dawson Shanly
1847, 19e siècle
Mine de plomb sur papier
23.5 x 30.2 cm
Don de Miss Mary Shanly
M971.171
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  dessin (18380) , Dessin (18637)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Cette aquarelle datée et signée offre une vue nord-ouest prise juste un peu au sud de l'actuelle rue Sherbrooke, des tours et des bâtiments de la mission des sulpiciens située sur le flanc ouest du mont Royal. C'est aujourd'hui le site du Grand Séminaire. Dans son ouvrage intitulé Hochelaga Depicta, Newton Bosworth décrit la ferme de la manière suivante : « La maison des prêtres se trouve sur le flanc de la montagne, légèrement à gauche du chemin menant à la Côte-des-Neiges et à la rue Saint-Laurent. Elle est composée de vastes jardins et vergers et de plusieurs acres de terrain cultivés comme une ferme au profit du Séminaire, auquel elle appartient. Les bâtiments, spacieux et importants, offrent une vue superbe sur la ville, sur le fleuve Saint-Laurent et sur la campagne idyllique juste devant. L'été, ce lieu est parfaitement adapté à l'exercice et aux loisirs d'une profession sédentaire et devient le but de la sortie hebdomadaire des professeurs et élèves du Séminaire et du Collège. Ceux-ci marchent au pas, généralement accompagnés d'un orchestre composé d'amateurs choisis parmi les élèves. Autrefois appelé le Château des Seigneurs de Montréal, ce lieu est maintenant souvent appelé La Maison des Prêtres ». L'ensemble, fondé en 1683, était à l'origine une mission vouée à la conversion des peuples autochtones du Québec. Aujourd'hui, il ne reste des bâtiments originaux que les tours jumelles qui faisaient autrefois partie du mur d'enceinte. Bien que la description de Bosworth ait été publiée avant la réalisation de ce dessin, elle correspond cependant exactement à ce que l'artiste pouvait contempler quelques années plus tard. (Extrait de: Conrad GRAHAM, Mont-Royal - Ville Marie : vues et plans anciens de Montréal, Musée McCord d'histoire canadienne, p. 104.)