M970.25.1 | Corsage

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Corsage
Vere Goold
Vers 1897-1898, 19e siècle
Don de Mrs. Isabel Barclay Dobell
M970.25.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Corsage (3)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Description

En 1897, suivant les caprices de la mode, l'ample manche gigot ou ballon disparaît pour faire place à une manche plus petite aux caractéristiques stylistiques les plus diverses. L'un des styles en vogue dans ce modèle du McCord. Ce type de boléro est en taffetas de soie impression chaîne tissé de motifs d'éventails et de rubans, les bordures étant agrémentées à l'avant de la dentelle chimique montée sur velours. Les manches de velours à la mousquetaire sont bouffantes aux épaules et se terminent par un poignet de dentelle assortie avec double volant froncé de soie moirée et de chiffon garni d'un étroit ruban de velours. Le plastron de chiffon monté sur satin est bouffant et froncé à la taille, au centre. Sur le devant, sous le col droit en moire de soie plissée, se trouve un double volant de chiffon garni de bandes horizontales de mince ruban noir et de valenciennes. Ce type d'ornement se prolonge verticalement jusque dans le bas du devant du corsage. Le col droit est partiellement orné à l'arrière d'un volant de chiffon froncé garni d'un mince ruban de velours sous un col montant froncé de satin bordé de dentelle chimique. Les courtes basques de taffetas sont accentuées à la taille d'un ruban de velours garni à l'avant de deux boutons diamantés. Le vêtement se ferme à l'avant, du côté gauche. La jupe date de la même époque. En 1897 et 1898, la manche mousquetaire, semblable à cette manche de velours brun, est souvent illustrée dans les publications canadiennes. Vere Goold, dont l'étiquette se trouve à l'intérieur du corsage Dobell, figure dans le Montreal Directory de Lovell à titre de commerçant logeant au 56 rue Drummond (au nord de ce qui est aujourd'hui le boulevard René-Lévesque) de 1894 à 1902. (Extrait de: Jacqueline BEAUDOIN-ROSS, Formes et modes : le costume à Montréal au XIXe siècle, Musée McCord d'histoire canadienne, 1992, p.46.)

Clefs pour l'histoire

En 1897, suivant les caprices de la mode, l'ample manche gigot ou ballon disparaît pour faire place à une manche plus petite aux caractéristiques stylistiques les plus diverses. L'un des styles en vogue est illustré dans ce modèle. Ce boléro est en taffetas de soie chiné tissé de motifs d'éventails et de rubans, les bordures étant agrémentées à l'avant de dentelle chimique montée sur velours. Les manches de velours à la mousquetaire sont bouffantes aux épaules et se terminent par un poignet de dentelle assortie avec double volant froncé de soie moirée et de chiffon garni d'un étroit ruban de velours.

Le plastron de chiffon monté sur satin est bouffant et froncé à la taille, au centre. Sur le devant, sous le col droit en moire de soie plissée, se trouve un double volant de chiffon garni de bandes horizontales de mince ruban noir et de valenciennes. Ce type d'ornement se prolonge verticalement jusque dans le bas du devant du corsage. Le col droit est partiellement orné à l'arrière d'un volant de chiffon froncé garni d'un mince ruban de velours sous un col montant froncé de satin bordé de dentelle chimique. Les courtes basques de taffetas chiné sont accentuées à la taille d'un ruban de velours garni à l'avant de deux boutons diamantés. Le vêtement se ferme à l'avant, du côté gauche.

  • Quoi

    Ce corsage est composé de motifs d'éventails et de ruban en velours coupé noir tissé sur fond de taffetas de soie impression chaîne à motif floral dans des tons de rose et de vert. Il est également constitué de velours de soie brun foncé, de satin de soie rose, de moire de soie vert pâle, de chiffon de soie ivoire, de ruban de velours marine, de mince ruban de velours noir, de dentelle chimique écrue et de dentelle valenciennes crème.

  • La robe porte l'étiquette de Vere Goold, de Montréal. Ce commerçant a tenu boutique pendant neuf ans au 56, rue Drummond (au nord de ce qui est aujourd'hui le boulevard René-Lévesque).

  • Quand

    Vere Goold, dont l'étiquette se trouve à l'intérieur du corsage Dobell, figure dans le Montreal Directory de Lovell à titre de commerçant logeant au 56, rue Drummond de 1894 à 1902.

  • Qui

    Cette robe a été portée par Mme Henry Dobell (née Emma King) à Montréal. Cette dernière était la grand-mère du mari de la donatrice, I.M.B. Dobell.