M968.7.116 | Collier

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Collier
1875-1900, 19e siècle
8 x 4.8 x 55.2 cm
Don de Mrs. A. Murray Vaughan
M968.7.116
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Collier (110)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Il peut sembler étonnant d'affirmer que le deuil suscite une forte poussée consommatrice. Quoi de plus normal, en effet, que d'imaginer que la tristesse associée au décès d'un être cher provoque plutôt une profonde indifférence pour toute forme de consommation. Telle n'est toutefois pas la réaction des Canadiens de l'époque victorienne. Paradoxalement, cet important moment de la vie privée donne lieu à des rituels éminemment publics. Le décès impose de nombreuses règles, dont les plus importantes précisent les détails des activités et de l'habillement autorisés. Pour respecter les contraintes du grand deuil, du deuil et du demi-deuil, par exemple, une veuve doit acquérir des robes, des châles, des bonnets, des gants, des mouchoirs et des sous-vêtements dont les couleurs et les tissus sont strictement codifiés. Pendant de nombreux mois, seuls les bijoux de jais noir sont permis. Pour les personnes qui se conforment à ces codes, le deuil devient donc un moment fort de la consommation.

References
Sources imprimées



L'album de la Minerve, vol. 2, 29 mars 1873, no 2, p. 359-361.



John M. MacKenzie, dir., The Victorian Vision. Inventing New Britain, Londres, Victoria & Albert Publications, 2001.

Source : circuit web 'La consommation : une passion victorienne' de Joanne Burgess, Université du Québec à Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ce lourd collier noir, muni d'une croix gothique et de médaillons décorés de petites fleurs, probablement des pensées, est un objet de deuil. Il est fait d'un matériau synthétique qui imite le jais, une pierre noire.

  • Le jais est une pierre précieuse qu'on retrouve en abondance dans la région de Whitby en Angleterre. Pendant la période victorienne, cette ville compte de nombreuses manufactures de bijoux de jais.

  • Quand

    Selon les règles du deuil, le port de bijoux est interdit pendant le grand deuil, dont la durée dépend du degré de parenté avec le défunt. Viennent ensuite les périodes du deuil, où seuls les bijoux de jais sont permis, et du demi-deuil, on l'on peut porter soit du jais, soit de l'or.

  • Qui

    La propriétaire de ce collier, dont l'identité demeure inconnue, exprime ici son goût pour le gothique, un style dont on raffole au XIXe siècle. Elle révèle aussi sa maîtrise, également très victorienne, du langage symbolique des fleurs.