M968.2.1.1-3 | Robe

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Robe
Fry and Co. Glover
Vers 1890-1891, 19e siècle
Don de Mrs. Charles Taschereau
M968.2.1.1-3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Robe (88)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Le bouffant des manches est mis en évidence et continuera de croître jusqu'à l'apparition des larges manches gigot au milieu de la décennie. La tournure a disparu et l'ampleur de la robe se situe maintenant sur les côtés, sous la forme de paniers modifiés. Le besoin de l'ampleur s'exprime à travers les manches de plus en plus larges. À l'avant, la partie supérieure du corsage ajusté en cache-coeur est en brocart et pourvue d'une fermeture verticale centrale avec petits boutons de faille. La partie inférieure du corsage, en satin, forme un drapé et se croise pour s'attacher au côté gauche par un système d'agrafes et de brides. Le dos est en satin. Les longues manches, quoique bouffantes à l'épaule, sont étroites et garnies au poignet de volants en dentelle de Calais. Le col Médicis est en brocart doublé de satin; il est orné de la même dentelle que celle des volants du poignet. Une passementerie à motif de feuilles grimpantes avec fleurs agémente les bords supérieur et inférieur du cache-coeur du corsage ainsi que le bas du devant de la manche. Les paniers et la jupe sont en satin à l'exception d'un lé central à godets qui est en brocart. Le dos ample et froncé à la taille se termine par une longue traîne. Le léger bouffant latéral, une variante du panier qui constitue l'un des traits stylistiques de la robe Taschereau, fut en vogue dans les années 1870 mais connut un regain de popularité en 1890. 1880 marque le retour d'une petite manche bouffante qui est portée jusqu'en 1893, année où les manches plus larges deviennent populaires. Cette mode sera solidement implantée un an plus tard. Le style de la robe de Taschereau permet de la dater : entre 1890 et 1893. Il nous est cependant possible d'en préciser la date. Selon des renseignements fournis par la donatrice, Adine Dionne aurait porté cette robe pour ses débuts, donc avant son mariage avec Louis-Alexandre Taschereau le 26 mai 1891. La robe a dû être confectionnée cette année-là ou l'année précédente. L'étiquette à l'intérieur de la robe Taschereau porte le nom de Glover, Fry & Co.. Il s'agit d'une vieille entreprise établie dans la ville de Québec. Fondée en 1842, elle se spécialisait dans l'importation de tissus, chapeaux, capes et dentelles de qualité supérieure. (Extrait de : Jacqueline BEAUDOIN-ROSS, Formes et modes : le costume à Montréal au XIXe siècle, Musée McCord d'histoire canadienne, 1992, p.42.)

Clefs pour l'histoire

À la fin du XIXe siècle, la mode est aux robes beaucoup plus étroites, et les femmes ont moins de difficulté à franchir les portes. Mais les jupes plus étroites entravent encore le mouvement, forçant les femmes à se déplacer à petits pas. Les nouvelles robes confèrent aussi aux femmes une silhouette plutôt inusitée en raison des traînes exagérément longues à l'arrière. Mais jamais la jeune femme de la classe moyenne au courant des toutes dernières tendances aurait sacrifié au confort un style du dernier cri!

  • Quoi

    Cette robe a été portée par Adine Dionne pour ses débuts, un événement spécial qui consacre la jeune fille comme membre adulte de son cercle social.

  • Cette robe a été fabriquée par Glover, Fry and Company, une entreprise de Québec spécialisée dans la mercerie et les articles de mode fondée en 1842.

  • Quand

    Si l'on se fie aux détails stylistiques de cette robe, celle-ci aurait été fabriquée entre 1890 et 1893.

  • Qui

    Les jeunes femmes qui faisaient leurs débuts dans la société portaient pour l'occasion des robes spéciales et très habillées.