M967.138.23A | L'entaillage et le coupage de la glace sur le Saint-Laurent

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Gravure sur bois
L'entaillage et le coupage de la glace sur le Saint-Laurent
James Duncan (1806-1881)
1859, 19e siècle
Encre sur papier journal - Gravure sur bois
14.7 x 23.4 cm
Don de Mr. J. Russell Harper
M967.138.23A
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Impression (4091) , Scène de genre (188)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Un texte publié dans The Illustrated London News le 16 avril 1859 traite de l'utilité de la glace qui se forme en hiver sur le fleuve Saint-Laurent :

« Au Bas-Canada, où l'été est torride, la glace est une nécessité absolue, non seulement pour rafraîchir les breuvages, mais aussi pour conserver les vivres. À Montréal, beaucoup de citoyens possèdent une glacière attenante à leur maison, tandis que les autres, plus nombreux encore, se fournissent chez Messieurs Lamplough & Campbell, seuls marchands de glace de la ville. En janvier et février, alors que la glace est pure et d'une bonne épaisseur sur toute la largeur du fleuve Saint-Laurent, cette maison coupe environ 6 000 tonnes de glace et l'emmagasine dans un vaste hangar construit expressément à cette fin. De mai à octobre, la glace est livrée aux clients en morceaux de dix, vingt ou trente livres. Il en coûte moins de deux pence par jour, soit six dollars par an, pour se faire livrer journellement, durant la saison chaude, un morceau de glace de vingt livres. »

The Illustrated London News, 16 avril 1859