M966.62.1 | Portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722)

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Peinture
Portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722)
Anonyme - Anonymous
Vers 1707-1708, 18e siècle
Huile sur toile
65.5 x 54.5 cm
Achat de Mme Cécile Bertrand
M966.62.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  peinture (2227) , Peinture (2229)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Ce portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722) est l'un des premiers portraits de civils à avoir été peints en Nouvelle-France. Né à Trois-Rivières, Hertel de Rouville reçoit la seigneurie de Rouville au Mont Saint-Hilaire le 8 janvier 1694. En 1704, il dirige la campagne de Deerfield, au Massachusetts. Le portrait a probablement été réalisé avant l'affectation de Jean-Baptiste à l'Île Royale (aujourd'hui l'Île-du-Prince-Édouard) en 1713. Lorsque Hertel de Rouville a été nommé chevalier de Saint-Louis en 1721, les insignes de l'ordre ont été ajoutés au portrait. L'auteur du portrait n'a pas été identifié.

Clefs pour l'histoire

Ce portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722) est l'un des premiers portraits civils à avoir été peints en Nouvelle-France. Né à Trois-Rivières au sein d'une famille de militaires, Hertel de Rouville a embrassé la vie de soldat à un très jeune âge. Tout comme son père et deux de ses frères, il a servi lors de la campagne du gouverneur Brisay de Denonville contre les Sénécas en 1687.

Hertel de Rouville a rapidement grimpé les échelons, et en 1704, il menait le tristement célèbre raid de Deerfield, au Massachusetts. Ses troupes se composaient de 250 hommes, dont 200 guerriers abénaquis et iroquois. Plus de 50 colons britanniques furent tués et près de 120 furent faits prisonniers, dont un grand nombre sont morts par la suite lors d'une marche forcée jusqu'à Québec en plein hiver. Hertel de Rouville a été fait chevalier de l'Ordre de Saint-Louis en 1721, quelques mois avant sa mort à l'âge de 54 ans, et il avait fait ajouter l'insigne de l'ordre à son portrait.

  • Quoi

    Ce portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722) est l'un des premiers portraits civils peints en Nouvelle-France. Les personnages influents de la société de la Nouvelle-France ont rapidement adopté la mode européenne qui consistait à se faire immortaliser par un portrait.

  • Nous ignorons où ce portrait a été peint. Cependant, Hertel de Rouville a probablement posé pour ce tableau dans sa ville natale de Trois-Rivières ou à sa seigneurie située au mont Saint-Hilaire, à l'extérieur de Montréal, lors d'une des brèves périodes de sa vie où il n'était pas en mission militaire.

  • Quand

    Ce portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville a probablement été réalisé entre 1704 et 1713. Il fut vraisemblablement peint après le raid de Deerfield en 1704 et avant que Hertel de Rouville ne fût dépêché à l'île Royale (île du Cap-Breton) pour y superviser la construction des fortifications.

  • Qui

    Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722) était un lieutenant dans l'armée française dont on garde le souvenir d'un homme très courageux, mais également capable d'user de tactiques cruelles et impitoyables. Il a participé à la compagne contre les Sénécas en 1687 et a mené le raid de Deerfield, au Massachusetts, en 1704.