M966.53.1.1-3 | Robe de soirée

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Robe de soirée
1770-1780, 18e siècle
Achat de Mlle Annette Terroux
M966.53.1.1-3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Robe (88)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Voici la robe portée par Mlle Terroux au Bal costumé historique de Montréal. Le tissu est un taffetas de soie rose et la technique de tissage employée pour créer le motif de fleurs estompé s'appelle chiné à la branche. Selon cette technique, la chaîne de soie est placée sur le métier et imprimée avec le motif. Pendant le tissage, les fils de chaîne glissent et se déplacent légèrement, créant ainsi l'effet de flou. Très en vogue dans les années 1760, ce genre de tissu était fabriqué à Spitalfields, en Angleterre, ainsi qu'à Lyon, en France.

La confection de la robe remonte au début des années 1780. La robe comprend un tablier de gaze garni du même tissu de soie qui, dans les années 1780, était porté au goût du jour, soit par-dessus la jupe. Mlle Terroux et sa mère ont préféré le porter en dessous. La transformation de la robe pour un bal costumé explique la présence sur le corsage des pinces cousues à la machine et de la jupe de dessous assortie, également cousue à la machine. Ce n'est qu'à la fin des années 1850 que la machine à coudre sera utilisée couramment.

  • Quoi

    Cette robe du XVIIIe siècle a été portée comme costume lors d'au moins deux bals costumés à la fin du XIXe siècle.

  • Il est possible que la soie ait été tissée en Angleterre ou en France. La robe a fort probablement été portée à Montréal dans les années 1780.

  • Quand

    Créé dans les années 1760, le tissu est antérieur d'au moins deux décennies au style et à la confection de la robe. De tels écarts sont fréquents dans les vêtements de cette période. Il est possible que la robe ait été fabriquée plusieurs années après l'achat du tissu ou que le style en ait été modifié ultérieurement.

  • Qui

    Selon la généalogie de la famille, la propriétaire initiale la plus probable de cette robe est Marie-Josephte Courreaud de La Coste, qui a épousé Jean-Baptiste-Philippe-Charles d'Estimauville en 1782 à Montréal.