M965.199.1874 | L'heure est au renforcement de la défense.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin, caricature
L'heure est au renforcement de la défense.
John Collins
28 août, 1940, 20e siècle
Encre, crayon gras et mine de plomb sur carton
38.2 x 28.1 cm
Don de Mr. John Collins - The Gazette
M965.199.1874
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , guerre (1447)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En juin 1940, les Britanniques réussissent à évacuer la plus grande partie de leur armée du port de Dunkerque, dans la mer du Nord, mais ils sont forcés d'abandonner presque tout leur matériel en France, ce qui laisse la Grande-Bretagne dans une position vulnérable. Le 15 août, Hitler lance une attaque aérienne sur la Grande-Bretagne. Le Canada doit maintenant se préoccuper de sa propre défense. Si la Grande-Bretagne tombe, seuls les États-Unis pourront garantir la sécurité du Canada. Le Canada et les États-Unis doivent évaluer les répercussions d'une défaite de la Grande-Bretagne sur la Royal Navy, et élaborer un plan commun pour la défense de l'Amérique du Nord. Le 16 août, King rencontre le président Roosevelt à Ogdensburg, dans l'État de New York. Les deux leaders conviennent de mettre sur pied la Commission permanente mixte de défense Canada-États-Unis, qui a pour mandat de planifier la défense des deux pays. La Commission, basée sur une représentation égale des deux pays, doit examiner les problèmes communs en matière de défense et proposer des solutions aux deux gouvernements. King discute également d'une entente en vertu de laquelle les États-Unis prévoient fournir la Grande-Bretagne en contre-torpilleurs en échange de la location à long terme des bases navales et aériennes britanniques situées dans les Antilles.

  • Quoi

    La Commission permanente mixte de défense Canada-États-Unis représente le premier pacte de défense conjoint entre le Canada et les États-Unis. Jouant sur les deux significations du mot board (signifiant à la fois commission et planche en anglais), cette caricature de John Collins montre un soldat allemand observant d'un air perplexe l'alliance entre les États-Unis et le Canada, représentés par leur symbole national respectif, Oncle Sam et un agent de la police montée.

  • Le président Roosevelt a choisi la ville d'Ogdensburg, N.Y., près de la frontière canado-américaine, au sud d'Ottawa, comme lieu de la rencontre.

  • Quand

    Le pacte est signé le 18 août 1940, trois jours avant le début de la bataille décisive d'Angleterre.

  • Qui

    Le président Roosevelt suggère rapidement au premier ministre King de mettre sur pied la Commission permanente mixte de défense. King s'empresse d'accepter cette proposition d'une envergure considérable.