M965.134.18.1-2 | Barboteuse

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Barboteuse
Vers 1930, 20e siècle
Coton
39 cm
Don de Mr. and Mrs. C. T. Taylor
M965.134.18.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Barboteuse (1)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En s'inspirant de principes médicaux, des réformistes entreprennent de modifier la garde-robe des petits à la fin du 19e siècle. Ils veulent notamment libérer le corps des enfants de la tyrannie de certaines modes. L'importance du jeu et de la liberté de mouvement dans le développement de l'enfant étant maintenant reconnue, les vêtements conventionnels semblent désormais trop contraignants. Dans la brochure Principes d'hygiène, publiée en 1923 par le gouvernement du Québec, on exhorte les mères à supprimer « les vêtements trop serrés qui retardent la croissance ». Nouvelles et révolutionnaires, les barboteuses et les combinaisons de jeu deviennent populaires au cours des premières décennies du 20e siècle. Elles sont pratiques, fonctionnelles, confortables et permettent à l'enfant de bouger et d'explorer son environnement sans entraves.

  • Quoi

    Cette barboteuse pour petit garçon est faite en coton et s'attache à l'aide de dix boutons. Le coton, offert dans une grande variété d'épaisseur et de tissage, est le tissu le plus utilisé dans la confection des vêtements pour enfants au 19e et au 20e siècle.

  • Dans la première moitié du 20e siècle, trois types de vêtements composent la garde-robe plutôt restreinte de la plupart des enfants vivant en milieu urbain : les habits du « dimanche », les vêtements de jeu et les vêtements pour l'école .

  • Quand

    Les barboteuses pour bambins sont offertes pour la première fois dans le catalogue Sears en 1906.

  • Qui

    Au 20e siècle, la différence entre les vêtements des filles et ceux des garçons devient de plus en plus marquée. Dans les années 1920, on commence à associer le rose aux filles et le bleu aux garçons, une coutume qui prendra une trentaine d'années à s'implanter solidement .