M965.124.1.7 | St. Louis Gate - Porte St. Louis, impression par transfert pour Cochran, poterie de Glasgow, après 1875

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Décalque
St. Louis Gate - Porte St. Louis, impression par transfert pour Cochran, poterie de Glasgow, après 1875
Après 1875, 19e siècle
29.5 x 39.7 cm
Achat de Mr. Charles P. de Volpi
M965.124.1.7
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Décalque (1) , Militaire (333)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les articles commémoratifs comprennent les souvenirs de voyages. Souvent donnée comme cadeau de noces, la porcelaine à décor imprimé est à la mode à la fin du siècle. La céramique importée de Grande-Bretagne est ornée de thèmes relatifs à l'architecture et aux paysages du Canada. Les décors imprimés sont populaires parce que le procédé de fabrication permet de reproduire en grande quantité, mais avec une qualité constante, les oeuvres d'artistes connus. Les services de vaisselle coûtent moins cher parce que le recours au décor imprimé permet de remplacer le long travail à la main nécessaire auparavant et le décor à petit feu moins résistant par des céramiques peintes sous couverte, produites plus rapidement et en plus grand nombre. La bordure de cette assiette, conçue pour le marché colonial, incorpore des vues nationalistes. Les symboles floraux et faunique entrelacés représentent l'Angleterre (la rose), l'Écosse (le chardon), l'Irlande (le trèfle) et le Canada (le castor). Des cargaisons de céramique arrivent au Canada au gré des changements technologiques et des modifications des lois maritimes vers le milieu du siècle. Les pièces de vaisselle proviennent de Podmore, Walker and Company, de Francis Morley and Company, et de Robert Cochran's Britannia Pottery.

References
Elizabeth Collard, « Nineteenth-Century British Ceramic Imports », dans The Book of Canadian Antiques, sous la direction de Donald Blake Webster, Toronto, McGraw-Hill Ryerson, 1974, p. 254-267.



Elizabeth Collard, The Potter's View of Canada, Montréal, McGill-Queen's University Press, 1983, planche 110.



Michel Lessard, Objets anciens du Québec : La vie domestique, Montréal, Éditions de l'homme, 1994, p. 202-204.

Source : circuit web 'Meubler son intérieur' de Jane Cook, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ce décalque était utilisé pour reproduire un motif sur une assiette en porcelaine. Dans ce procédé semi-mécanique, le papier est imprimé à partir d'une plaque de cuivre gravée. Le décalque est alors transféré sur la céramique, qui est ensuite émaillée.

  • Le décalque représente la porte Saint-Louis, une porte dans les remparts entourant le Vieux Québec. Il a été fabriqué à la Britannia Pottery à Glasgow, en Écosse.

  • Quand

    Le décalque date d'après 1875. Les scènes de l'Amérique du Nord britannique sont à la mode dans les années 1880.

  • Qui

    Robert Cochran a envoyé le vendeur James Fleming pour travailler au Québec du milieu du 19e siècle jusqu'au début du 20e. Francis T. Thomas, un marchand de Québec, vendait après 1874 des articles de table décorés de paysages en rose et en brun.