M934.2.6 | Manteau

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Manteau
Vers 1880, 19e siècle
101.6 cm
Don de Mrs. Aileen Bunting
M934.2.6
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Manteau (38)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Ce manteau couverture est l'élément principal du costume porté par les femmes pour faire de la raquette, patiner ou glisser. L'ensemble était constitué d'une culotte d'étoffe du pays, d'un capot, d'une ceinture fléchée, d'une tuque, de mitaines, de mocassins et de raquettes. Le manteau lui-même, de même que la ceinture fléchée, ressemblait au costume des « habitants » et des Amérindiens.

Les clubs de raquette se multiplient au XIXe siècle et le plus illustre de tous ces clubs est sans doute le Montreal Snowshoe Club. Pendant les mois d'hiver, ce club organisait toutes les semaines une randonnée en raquette sur le Mont Royal à la quelle participaient surtout des membres de l'élite bourgeoise anglophone.

Ces clubs sportifs accueillaient peu d'ouvriers. En effet ceux-ci, qui n'avaient droit qu'à une seule journée de congé par semaine, avaient peu de temps à consacrer à la pratique ou à l'organisation de loisirs et bon nombre d'entre eux n'avaient pas les moyens de payer la cotisation exigée par ces clubs.

  • Quoi

    Ce costume du Montreal Snowshoe Club a été confectionné à la machine. Le manteau et la doublure sont en laine tandis les rubans sont en soie et les boutons, en nacre.

  • Les raquetteurs du Montreal Snowshoe Club s'arrêtaient souvent à mi-parcours d'une randonnée sur le Mont Royal à l'auberge Half-Way de Charles Lumkin pour y prendre un verre ou deux.

  • Quand

    Les manteaux couvertures étaient idéaux pour la raquette ou la traîne sauvage car ils étaient faits d'une étoffe chaude, qui protégeait du vent.

  • Qui

    À la fin du XIXe siècle, il était mal vu que des femmes participent à une activité sportive masculine. Celles qui appartenaient à une classe plus aisée, pouvaient parfois être invitées par des clubs sportifs, mais aucune n'était jamais acceptée à titre de membre.