M930.50.7.335 | J. B. Rolland

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Gravure
J. B. Rolland
John Henry Walker (1831-1899)
1850-1885, 19e siècle
Encre sur papier - Gravure sur bois
10.6 x 8 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M930.50.7.335
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , commerciale (1510) , Estampe (6570)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À l'instar des anglophones, les Canadiens français veulent se tailler une place dans cette ville qui est aussi la leur. On assiste d'ailleurs à l'émergence d'une nouvelle bourgeoisie francophone qui s'active principalement dans le commerce en gros et dans certaines industries manufacturières. Les Rodier, Hudon, Barsalou, Rolland et Viau sont quelques-unes des vedettes de l'entrepreneurship francophone. Ils n'ont pas la puissance de leurs homologues anglophones, mais ils mettent sur pied des entreprises importantes à l'échelle montréalaise. De nouvelles institutions financières canadiennes-françaises viennent seconder leurs efforts, notamment la Banque Jacques-Cartier (1861) et la Banque d'Hochelaga (1874). Les hommes d'affaires francophones créent, en 1887, la Chambre de commerce du district de Montréal afin de défendre leurs intérêts, mal représentés au Board of Trade.

  • Quoi

    Cette oeuvre de John Henry Walker représente l'immeuble que Jean-Baptiste Rolland fait construire en 1855 pour loger son commerce de librairie.

  • L'immeuble de Rolland est situé au 12-14, rue Saint-Vincent, dans le Vieux-Montéal. La rue Saint-Vincent est alors un des centres de la vie intellectuelle, car plusieurs libraires et éditeurs y sont installés.

  • Quand

    D'abord imprimeur, Jean-Baptiste Rolland fonde en 1842 sa librairie, qui deviendra l'une des plus importantes à Montréal. Quarante ans plus tard, en 1882, il se lance dans la fabrication de papier fin.

  • Qui

    Jean-Baptiste Rolland (1815-1888) est l'un des plus importants hommes d'affaires canadiens-français de la seconde moitié du XIXe siècle. D'origine modeste, il fait d'abord fortune dans l'imprimerie et la librairie, puis diversifie ses intérêts, pour s'orienter notamment dans la promotion foncière et dans l'industrie manufacturière.