M930.50.6.22 | Romance. Mme J. à Cacouna

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Gravure
Romance. Mme J. à Cacouna
John Henry Walker (1831-1899)
1869, 19e siècle
31.4 x 46 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M930.50.6.22
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Estampe (6570)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

La villégiature, c'est la recherche du pittoresque, des paysages enchanteurs, de la douceur de vivre. L'été venu, il n'est pas rare de voir les riches familles fuir les villes étouffantes de chaleur en direction des vertes campagnes et des stations balnéaires. Les familles font leurs malles, emportant avec elles vêtements, provisions et objets de toute sorte, et se hâtent de laisser derrière elles leur cadre quotidien, pour toute la durée de la belle saison. Souvent, les hommes doivent revenir en ville en cours de vacances pour régler quelques affaires, tandis que les femmes demeurent sur place en compagnie des enfants durant tout l'été.

  • Quoi

    En facilitant les déplacements, la multiplication des réseaux de chemins de fer au Canada entraîne un développement important de la villégiature, dans les dernières décennies du XIXe siècle.

  • La scène se passe à Cacouna, dans la région du Bas-Saint-Laurent, un des hauts lieux de la villégiature. Au large, des bateaux voguent sur le fleuve.

  • Quand

    Jusqu'au début du XXe siècle, alors que la pratique du ski commence tranquillement à se populariser, l'été est la saison privilégiée pour les vacances.

  • Qui

    Au XIXe siècle, seules les familles bourgeoises ont accès aux lieux de villégiature qui sont aménagés en bordure de cours d'eau tels que le fleuve Saint-Laurent ou dans les régions montagneuses. Des hôtels et des auberges ouvrent leurs portes, tandis que les mieux nantis se font construire des résidences secondaires.