M930.50.1.817 | Marque de commerce de The Canadian Rubber Co of Montreal

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Gravure
Marque de commerce de The Canadian Rubber Co of Montreal
John Henry Walker (1831-1899)
1850-1885, 19e siècle
Encre sur papier - Gravure sur bois
4.1 x 5.6 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M930.50.1.817
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  commercial (324) , Estampe (6570) , Signe et symbole (2417)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Créée en 1854 à Montréal, la Canadian Rubber Co. est la première entreprise de caoutchouc au Canada. La compagnie produit au départ uniquement des bottes et des chaussures, pour ensuite diversifier ses produits en y ajoutant des boyaux d'incendie, des pneus et autres.

En 1891, la Canadian Rubber Co. emploie 700 personnes, soit la majorité des 892 personnes à l'emploi des cinq entreprises montréalaises de l'industrie du caoutchouc. Le secteur du caoutchouc embauche un grand nombre de femmes et d'enfants. En 1891, ils représentent 33 % de sa main-d'oeuvre.

Deux ans plus tôt, John James McGill, directeur de la Canadian Rubber Co., affirme devant la Commission royale d'enquête sur les relations entre le capital et le travail au Canada au sujet de l'embauche des enfants dans son entreprise : « Ce ne sont pas exactement des enfants. Nous avons environ vingt-quatre garçons et filles, dont l'âge varie peut-être entre quatorze ans et plus. » L'entrepreneur croit alors qu'aucun enfant de moins de quatorze ans ne travaille dans sa manufacture mais avoue cependant qu' « Il est difficile de savoir leur âge. Si leurs parents disent qu'ils sont assez âgés, nous les embauchons. » Depuis 1885, l'Acte des manufactures interdit au Québec l'emploi de garçons de moins de 12 ans et de fillettes de moins de 14 ans. De plus, pour embaucher un garçon de 12 à 14 ans, l'employeur doit obtenir d'un parent, d'un tuteur ou d'un médecin, un certificat attestant l'âge de l'enfant.

  • Quoi

    Cette gravure représente la marque de commerce de la Canadian Rubber Co. Son auteur, John Henry Walker, a illustré de nombreux catalogues commerciaux, des journaux, dont le Canadian Illustrated News, L'Opinion publique et Le Monde illustré, des ouvrages, des rapports gouvernementaux et des publicités.

  • Dans plusieurs manufactures de la fin du 19e siècle, les mesures pour assurer la sécurité des travailleurs sont presque inexistantes. En 1889, par exemple, l'usine de la Canadian Rubber Co., située sur la rue Notre-Dame à Montréal, fabrique des boyaux d'incendie pour camions-citernes. Paradoxalement, elle est de celles qui ne possèdent pas d'escaliers d'urgence en cas d'incendie...

  • Quand

    Comme l'explique le directeur de la Canadian Rubber Co., interrogé en 1888 par la Commission royale d'enquête sur les relations entre le capital et le travail au Canada, au sujet des enfants qui travaillent pour lui : « Ils ne sont pas obligés de rester plus de dix heures, à moins qu'ils aient du travail à finir. S'ils ne veulent pas rester, nous ne les forçons pas. Mais ils sont prêts à le faire. »

  • Qui

    Ce sont William Brown, Ashley Hibbard et Georges Bourn, trois entrepreneurs montréalais, qui fondent en 1854 la Canadian Rubber Co.