M8420.2 | Chaise

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Chaise
19e siècle
85 x 58 x 48.5 cm
Achat de la succession de Miss Lavicount
M8420.2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Chaise (30)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'influence orientale, que le bambou ou les cannes fini bois rendent manifeste, est présente dans les écrans et le mobilier. Ce fauteuil à assise rembourrée est incrusté de panneaux ou de frises au dos, sur les côtés et sous le barreau de chaise de devant. Le motif central du dos ressemble vaguement à un shou ou caractère de la longévité. La surcharge du décor est rendue évidente par le détail des fines volutes de l'osier de même que par la superposition des couches de bambou sur les pieds et sous le support du siège. À lui seul, ce meuble donne une allure encombrée à une pièce. Associé à d'autres éléments de décor, du papier peint aux urnes de style oriental, il contribue à l'aspect saturé de la maison. Le mobilier de style chinois contraste avec les courbes et le confort des fauteuils à oreilles et annonce la grande popularité des meubles en vannerie, à la fin du siècle.

References
Nancy Berliner et Sarah Handler, « Friends of the House : Furniture from China's Towns and Villages », Peabody Essex Museum Collections, vol. 131, no 2 (1995), p. 81.

Source : circuit web 'Meubler son intérieur' de Jane Cook, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ce fauteuil de style oriental est en bambou et en osier. Les styles chinois et japonais étaient à la mode à l'époque.

  • Nous ignorons si ce fauteuil a été fabriqué au Canada ou à l'étranger.

  • Quand

    Lord Elgin, gouverneur général du Canada, est arrivé à Montréal en 1847 et fait vice-roi de l'Inde en 1862. L'attrait pour ce type de siège a persisté après cette période.

  • Qui

    Il semblerait que Lord Elgin, dont la notoriété
    est rattachée au « gouvernement responsable », ait été propriétaire de ce fauteuil, que le musée McCord a acheté des héritiers de Mlle Lavicount.