M4777.5 | Vue de la façade de l'église Saint-Eustache occupée par les insurgés

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Estampe
Vue de la façade de l'église Saint-Eustache occupée par les insurgés
Lord Charles Beauclerk (1813-1842)
1840, 19e siècle
Encre et aquarelle sur papier - Lithographie
26.5 x 36.6 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M4777.5
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570) , Militaire (333)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À mesure que les poches de résistance se déplacent au nord de Montréal, les forces britanniques parviennent encore une fois à diriger leur puissance de feu supérieure contre les patriotes, qui sont issus des communautés agricole et professionnelle. Terrées dans l'église de Saint-Eustache, dans son couvent et dans son presbytère, les forces patriotes sont la cible des canons britanniques à partir du 14 décembre 1837.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Les forces britanniques avancent sur Saint-Eustache depuis deux directions. Les 2 000 soldats, lourdement armés, disposent de 70 traîneaux pour transporter leurs munitions et fournitures. Seule la moitié des 500 patriotes possèdent des fusils.

  • Saint-Eustache est situé sur la rive nord de la rivière des Mille-Îles, au nord de l'île de Montréal. Comme la rivière est gelée, les troupes peuvent la traverser facilement. Les patriotes se voient obligés de chercher refuge dans l'église paroissiale et dans les maisons avoisinantes.

  • Quand

    Les troupes britanniques arrivent devant le village le 14 décembre 1837 et commencent à bombarder l'église.

  • Qui

    Avec l'écrasement des rébellions au sud de Montréal, le gouverneur Colborne peut concentrer ses forces sur les bastions patriotes au nord de la ville. Alors que certaines communautés sont fortement en faveur des patriotes, d'autres villages restent neutres. Les habitants de la localité avoisinante de Deux-Montagnes demeurent fidèles à la Grande-Bretagne.