M4055 | Visite à Montréal de S. A. R. le prince de Galles sur le vapeur "Québec"

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Billet
Visite à Montréal de S. A. R. le prince de Galles sur le vapeur "Québec"
1860, 19e siècle
Encre sur carton
6.7 x 9.8 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M4055
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Billet (8) , événement (534) , Histoire (951)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Alors que les foules contemplaient les feux d'artifices, les Montréalais avec les bonnes références étaient invités à de somptueux banquets d'État au cours desquels les principaux hommes politiques du Canada recevaient des décorations et des honneurs. George-Étienne Cartier s'est dirigé vers la ville Québec en bateau à vapeur pour accueillir le prince dans cette ville. La constitution d'un nouvel État sur le modèle parlementaire britannique, avec la participation des Canadiens français, suivrait dans quelques années.

Source : circuit web 'La Confédération : Objectif Canada' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Conquis cent ans plus tôt, les Canadiens français faisaient preuve d'ambivalence envers la Couronne. L'homme politique le plus important du Canada français, George-Étienne Cartier était toutefois en faveur des Britanniques et concédait de nombreux avantages au système monarchique.

  • Cartier avait été invité à accompagner le prince dans son voyage en bateau à vapeur de Québec à Montréal. Le trajet d'une journée incluait une escale à Trois-Rivières.

  • Quand

    Au cours des rébellions de 1837, Cartier a dû fuir le pays en raison de l'accusation de trahison qui pesait sur lui. Pourtant, en 1860, il partageait la table du prince de Galles dans le bateau à vapeur Québec qui se dirigeait vers Montréal.

  • Qui

    Cette capacité à être un nationaliste canadien-français, un nationaliste canadien et un défenseur de la monarchie britannique n'était pas propre à Cartier. De fait, cette ambivalence a souvent marqué l'histoire du Québec.