M3957.8 | Infanterie légère du Québec. 1RE Compagnie, 1839

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Estampe
Infanterie légère du Québec. 1RE Compagnie, 1839
Anonyme - Anonymous
1839, 19e siècle
Encre et aquarelle sur papier - Lithographie
30 x 24 cm
Don de Mr.David Ross McCord
M3957.8
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570) , Personne (1283)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Le corps de volontaires militaires de Québec fut formé pour réaliser les corvées de garnison ou autres tâches légères, dégageant ainsi les troupes régulières pour le combat pendant la rébellion de 1837-38. Cette gravure fait partie d'un corpus de 10 estampes réunies dans un feuillet imprimé par la Presse militaire de Québec. Toutes les estampes sont réalisées en noir et blanc, et chaque costume a été rehaussé à l'aquarelle.

Clefs pour l'histoire

On ne peut mésestimer le rôle de la milice volontaire au Bas-Canada durant les années 1830 et 1840. Le rôle de ces volontaires devient encore plus important lorsqu'on annonce que l'armée régulière sera renvoyée en Angleterre et que les Canadiens devront dorénavant assumer eux-mêmes leurs coûts de défense.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Le risque d'une rébellion armée est moins grand à Québec qu'à Montréal, et la présence de nombreux miliciens en uniforme et armés dans les rues de Québec confèrent un net avantage aux autorités britanniques.

  • En théorie, Québec est une ville plus paisible que Montréal, qui est reconnue pour sa violence et son agitation. À Québec, les dirigeants des communautés francophone et anglophone se partagent les fonctions militaires durant diverses campagnes comme celle menée contre les États-Unis en 1812.

  • Quand

    En réaction aux premiers signes de rébellion, les volontaires sont mobilisés en novembre 1837. Ils sont libérés au printemps 1838, une fois écartée la menace de rébellion.

  • Qui

    Assis sur un banc public à Québec, ce fantassin savoure les plaisirs typiquement associés aux hommes de cette époque : il fume, il boit et il flâne. De toute évidence, cela ne plaît pas à son commandant.