M22464 | James Bruce, comte d'Elgin

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Peinture
James Bruce, comte d'Elgin
Cornelius Krieghoff (1815-1872)
Vers 1855, 19e siècle
Huile sur toile
109.5 x 82.7 cm
Don de Mr. Arnold Wainwright
M22464
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , peinture (2227) , Peinture (2229) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Elgin arrive au Canada à titre de Gouverneur général en 1846, après avoir servi en Jamaïque. Il participe activement au renversement de la politique britannique s'opposant au gouvernement responsable. Selon lui, cette forme de gouvernement est la meilleure solution pour régler les dissensions canadiennes et, en 1848, il invite Louis-Hippolyte Lafontaine à former un gouvernement. Après avoir quitté le Canada en 1854, Elgin occupe des postes haut placés en Chine et en Inde.

  • Quoi

    Envoyé au Canada par l'office des colonies, Elgin, un lord écossais parent de lord Durham, a pour mandat d'accepter le gouvernement responsable, ce qui signifie que le cabinet, la branche exécutive du gouvernement, devra obtenir la majorité de l'Assemblée.

  • Elgin a servi en Jamaïque avant d'arriver au Canada. Après son départ du Canada, il assume diverses fonctions en Chine et au Japon et est nommé vice-roi de l'Inde. L'examen de l'ensemble de sa carrière révèle que son affectation au Canada n'est que l'un des nombreux postes qu'il remplira au sein du corps diplomatique britannique.

  • Quand

    Le mandat d'Elgin au Canada coïncide avec cette période critique durant laquelle les représentants britanniques essaient de déterminer quels éléments du Rapport de lord Durham ils doivent mettre en application. Elgin jouera ultérieurement un rôle important dans la négociation du Traité de réciprocité avec les États-Unis en 1854.

  • Qui

    L'influence de l'office des colonies se fait fortement sentir durant la période qui suit les rébellions, avec les gouverneurs Colborne, Sydenham, Metcalfe, Bagot et Elgin qui essaient de résoudre la question canadienne. Cependant, quand arrivent les années 1850, les politiciens canadiens sont invités à trouver leur propre solution politique.