M2185A | Lot de perles de verre

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Lot de perles de verre
Subarctique de l'Est
Autochtone: Innu (Montagnais)
1580-1630, 16e siècle ou 17e siècle
Verre
0.9 x 0.6 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M2185A
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Perles de verre (36)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

LES ALLIANCES

Au début du 16e siècle, les Européens furent d'abord attirés dans le golfe du Saint-Laurent par la morue, qui permettait de nourrir les grandes populations catholiques d'Europe qui n'avaient pas le droit de manger de la viande une fois par semaine. Les pêcheurs bretons, normands, portugais et basques emportaient avec eux des perles de verre, comme celles-ci, qu'ils échangeaient ou offraient en cadeau aux peuples autochtones qu'ils rencontraient. Vers 1580, le commerce européen ne reposait plus sur la morue mais sur le castor, nécessaire à l'industrie du chapeau de poil en plein essor en France. La feutrabilité spéciale du castor, ajoutée à sa capacité de conserver sa forme et sa souplesse, en faisait une fourrure particulièrement recherchée pour la confection des chapeaux à large bord, en vogue à cette époque dans toute l'Europe.

À partir du 16e siècle, les perles de verre, produites principalement sur l'île vénitienne de Murano, en Italie, faisaient partie de la cargaison de tous les navires. Bien qu'étrangères à leur culture, les autochtones les ont acceptées avec empressement, sans doute parce que le verre possède les mêmes propriétés réfléchissantes que leurs ornements traditionnels faits de coquillages, de cuivre et de mica. Dans les croyances autochtones, les choses claires, brillantes et blanches sont des métaphores tangibles d'un état de bien-être physique, social et spirituel.

  • Quoi

    Voici des perles de verre ayant été fabriquées sur l'île vénitienne de Murano, en Italie. Elles font partie des tout premiers types de perles de verre fabriqués pour le troc avec les autochtones vivant dans la région correspondant aujourd'hui à l'est du Canada. Une perle de fritte, des grossulaires, des perles rondes indigo, diverses variétés de perles ovales rayées de couleur bleu foncé et des perles à chevrons figurent parmi les types de perles représentés ici.

  • Ces anciennes perles de verre ont été découvertes dans la région de Tadoussac, sur la Moyenne-Côte-Nord du Québec. Au 17e siècle, Tadoussac était un important centre d'échanges commerciaux entre les Français et les autochtones, notamment les Innus.

  • Quand

    Toutes les perles de verre figurant sur cette image datent de 1580 à 1600 de notre ère, une époque que les archéologues désignent sous le nom de « Période des perles de verre 1 ». La perle de fritte de cette collection - la grosse perle de silice fondue (sable) recouverte d'une mince couche de verre indigo sur laquelle ont été appliqués des lignes et des points blancs en relief - est l'une des rares perles de ce genre à avoir été découvertes jusqu'à présent sur les sites archéologiques du Québec.

  • Qui

    Ces perles de verre ont une histoire complexe. Elles ont probablement été fabriquées par des Italiens à Venise, sur l'île de Murano. De là, elles auraient été expédiées vers un grand port d'Europe et achetées par des marchands basques qui les auraient transportées jusque dans le golfe du Saint-Laurent, où elles auraient été offertes en cadeau ou échangées à des Innus.