M2001.30.3 | Lord Elgin et ses proches collaborateurs quittant la résidence du gouverneur général pour le parlement, avril 1849

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin
Lord Elgin et ses proches collaborateurs quittant la résidence du gouverneur général pour le parlement, avril 1849
Francis Augustus Grant, 1829-1854
1849, 19e siècle
Encre sur papier
20.3 x 27.8 cm
Don de Mr. George R. MacLaren
M2001.30.3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  dessin (18380) , Dessin (18637) , Personne (1283)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les sentiments négatifs à l'endroit des officiels coloniaux à la fin des années 1840 s'intensifient lorsque la Grande-Bretagne annonce son appui au gouvernement responsable, au libre commerce, qui remplacera le protectionnisme et le mercantilisme, et à une réduction de ses dépenses militaires et administratives dans les colonies comme le Canada. Les Montréalais anglophones déchargent leur colère sur le Gouverneur général Elgin en lançant des pierres sur sa voiture à Montréal.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Montréal est le théâtre de la plupart des actes de violence, dont les lancers de pierres sur la voiture du Gouverneur général et l'incendie des édifices du Parlement.

  • L'année 1848 est une période trouble en Europe, en proie à des soulèvements dans des pays comme la France, le Danemark, l'Italie et la Hongrie. Les Montréalais lisent les comptes rendus de ces rébellions; de plus, un grand nombre d'entre eux commencent à montrer un intérêt pour la démocratie et le républicanisme américains l'année suivante.

  • Quand

    L'année 1849 marque une période de vif désappointement pour les Anglais de Montréal. Après être sortis victorieux des rébellions, ils voient les patriotes recevoir des indemnités pour leurs pertes. En outre, le libre commerce institué par les Britanniques met en péril les marchés protégés dont les commerçants montréalais tiraient profit depuis longtemps.

  • Qui

    Le Gouverneur général incarne le pouvoir britannique au Canada. Elgin accepte le gouvernement responsable en signant le Bill des pertes de la rébellion qui indemnise les patriotes ayant subi des dommages à la suite des rébellions. Cette mesure irrite une grande partie de la communauté anglophone.