M2000.79.59 | On peut toujours rêver...

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin, caricature
On peut toujours rêver...
Aislin (alias Terry Mosher)
1997, 20e siècle
Crayon feutre et encre sur papier
24 x 23.5 cm
Don de Mr. Terry Mosher
M2000.79.59
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , politique (général) (2228)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

"Bien entendu, insinuer qu'une personne devrait être tuée est inacceptable dans toute société civilisée. Cependant, en ces temps de rectitude politique, la satire peut s'avérer un antidote fort efficace. Cette caricature a été réalisée à la suite de la mort de deux petits enfants dans un accident de motomarine. Quiconque s'est déjà prélassé au bord d'un lac paisible du Canada nourrit sans doute une aversion pour ces machines infernales au bruit assourdissant, mais cette caricature ne sous-entend aucunement que nous devrions tirer sur quelqu'un qui en conduit une. L'hyperbole et l'exagération - deux des outils les plus puissants de la satire - ont plutôt été utilisés ici pour suggérer l'adoption de mesures plus sévères pour empêcher à tout jamais que de tels accidents tragiques ne se produisent à nouveau."

Terry Mosher (alias Aislin)

  • Quoi

    En juillet 1997, deux enfants trouvent la mort dans un accident nautique à Chambly, quand le bateau dans lequel ils prennent place est percuté par une motomarine. Le jugement populaire est prompt à s'exprimer lorsque le comportement imprudent d'un individu fait de jeunes victimes : on souhaiterait pour lui un châtiment exemplaire. La mire à travers laquelle le regard du caricaturiste cible le présumé coupable évoque, de façon métaphorique, ce désir de justice populaire.

  • Située en bordure de la rivière Richelieu, la région de Chambly s'est développée dès le 17e siècle - on y érige alors le fort de Chambly - en raison de son hydrographie (rapides, chutes, bassin d'eau calme) qui offrait à la fois une voie de communication et un espace protégé. Aujourd'hui, ces mêmes caractéristiques sont appréciées pour leur potentiel récréo-touristique.

  • Quand

    En 1968, la compagnie Bombardier lançait la première motomarine : un véhicule nautique à une ou deux places commercialisé sous le nom de Sea-doo. Jouissant d'une popularité croissante au cours des années 1990, la motomarine suscite aussi pas mal de critiques : on la trouve bruyante et dangereuse pour les autres plaisanciers des lacs et des cours d'eau. L'accident mortel survenu dans le bassin de Chambly le 12 juillet 1997 nourrit l'argumentaire des gens en faveur d'une réglementation plus stricte.

  • Qui

    Tel qu'il est dépeint dans ce dessin, le conducteur type de motomarine est un jeune homme à l'allure insouciante, voire arrogante, qui semble éprouver un sentiment de puissance et de liberté lorsqu'il enfourche son bolide.