M19781.1-7 | Service à thé

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Service à thé
1873-1874, 19e siècle
Don de Sir. Allan H. Montagu
M19781.1-7
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Service à thé (1)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le thé est très apprécié de la bourgeoisie qui lui accorde souvent des vertus curatives. Celles-ci se procurent des thés de qualité, qu'elles dégustent dans de fines tasses en porcelaine assorties de couverts en argent.

Vers la fin du XIXe siècle, le thé est devenu une activité sociale dans la bourgeoisie montréalaise. La journée commence avec un thé servi au lit . Dans l'après-midi, les dames se retrouvent à quatre heures pour une tasse de thé et participent parfois ensuite à un thé dansant. Ces soirées, qui accueillaient entre vingt et quarante personnes en tenue de soirée, consistaient à danser et à déguster thé et desserts dans la salle à manger.

Ce service à thé a été fabriqué à Londres entre 1872 et 1875 par la Goldsmith's Alliance Ltd., maison qui dirigeait les affaires de toutes les colonies britanniques. Il a été offert en 1880 à sir Hugh Allan pour la mise à l'eau de son navire, le S.S. Parisian, à Glasgow4. Lorsque le bateau accosta au port de Montréal, le 10 mai 1881, un banquet fut servi en l'honneur de sir Hugh à l'hôtel Windsor.

  • Quoi

    Les motifs de ce service à thé en argent reprennent une iconographie indienne traditionnelle et évoquent diverses influences chinoises, rappelant le penchant victorien pour l'orientalisme.

  • L'habitude du thé de l'après-midi, servi entre le déjeuner et le dîner, a été imposée par la duchesse de Bedford (1783-1857).

  • Quand

    Le thé en provenance des Indes et de la Chine ne sera régulièrement importé au Canada qu'après la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques.

  • Qui

    Sir Hugh Allan quitte l'Écosse pour Montréal en 1826. En 1870, devenu armateur et entrepreneur de chemins de fer, il est l'homme le plus riche du Canada.