M1886 | Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow, roi des Maquas.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duoNation to Nation
Estampe
Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow, roi des Maquas.
John Verelst
1710, 18e siècle
Encre sur papier monté sur panneau
35 x 25 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M1886
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow était l'un des quatre sachems iroquois, ou chefs, ayant visité la cour de la reine Anne, en Angleterre, en 1710. Accueillis en grande pompe à leur arrivée, ces hommes avaient effectué le voyage pour demander aux missionnaires et aux militaires de les appuyer dans leur lutte contre les Français. John Verelst a peint quatre portraits à l'huile grandeur nature pour commémorer cet événement important. Durant sa visite, Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow fut baptisé Brant. Il était en fait le grand-père du célèbre chef iroquois Joseph Brant. Les images anciennes d'autochtones du Canada sont rares. Le Musée McCord en possède plus de 1 200, datant du dix-huitième siècle au début du dix-neuvième siècle, et représentant des peuples de tout le pays, incluant l'Arctique.

Clefs pour l'histoire

LES DIPLOMATES AUTOCHTONES À L'ÉTRANGER

Les autochtones sont allés en Europe pour la première fois au 16e siècle, kidnappés par des explorateurs qui les exhibaient comme preuve des nouvelles contrées étranges qu'ils avaient visitées. Plus tard, les chefs autochtones ont visité de leur plein gré les cours d'Europe, désireux d'explorer de nouvelles terres et de renforcer leurs alliances. Ce remarquable portrait illustre un des quatre diplomates qui se sont rendus à Londres pour rencontrer la reine Anne en 1710. Présentés comme des représentants de la « Confédération des Cinq Nations d'Amérique du Nord », ils étaient allés en Angleterre pour demander que des missionnaires viennent leur donner un enseignement religieux et pour obtenir une aide militaire.

Ce portrait de Brant, un Mohawk et membre du clan de l'ours, est l'une des meilleures représentations de tatouages autochtones en usage au 18e siècle à exister. La signification exacte des motifs complexes qui couvrent une grande partie du corps de Brant demeure obscure. Toutefois, son allure frappante était sans doute liée à son statut de guerrier et de chef accompli. Brant est mort peu de temps après son retour de Londres. Son petit-fils était le célèbre chef mohawk Joseph Brant.

  • Quoi

    Cette gravure à la manière noire représente Brant, un diplomate autochtone qui s'est rendu à Londres en 1710. L'illustration a été réalisée d'après une peinture à l'huile de John Verelst (1648?-1734), un peintre hollandais qui vivait à Londres.

  • Les portraits originaux des quatre diplomates ont été peints dans un studio londonien. À Londres, les diplomates ont assisté à de nombreuses réunions, mais ils ont également été traités avec les mêmes égards que des membres de la royauté. Des dîners somptueux ont été organisés en leur honneur, ils ont visité les bâtiments et les hôpitaux les plus prestigieux, sont allés à l'opéra et ont assisté à un concert.

  • Quand

    Cette gravure à la manière noire a été réalisée en 1710 afin de commémorer la visite à la cour de la reine Anne de quatre représentants de la « Confédération des Cinq Nations d'Amérique du Nord ». L'événement a suscité beaucoup d'émoi.

  • Qui

    Cette image représente Brant, un Mohawk et membre du clan de l'ours. Son allure frappante était sans doute liée à son statut de guerrier et de chef accompli. En fait, ce portrait est l'une des meilleures représentations de tatouages autochtones en usage au 18e siècle à exister. Brant est mort peu de temps après son retour de Londres. Son petit-fils était le célèbre chef mohawk Joseph Brant (1742-1807).