M16934 | Récipient

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Récipient
Anonyme - Anonymous
Forêts de l'Est
Autochtone: Huron-Wendat
1855, 19e siècle
4.6 x 9.9 x 17.8 cm
Don de Miss Blackader
M16934
© Musée McCord
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'utilisation du poil d'orignal dans la décoration remonte à la période pré-contact. Cependant, c'est à la période de contact que se développe véritablement l'art de la broderie en poil d'orignal, résultat de la fusion des connaissances des autochtones et du savoir-faire des Ursulines. En 1714, l'histoire nous rapporte que mère St-Joseph, ursuline de Trois-Rivières, enseigne l'art de la broderie sur l'écorce. Nous possédons également des informations sur mère Sainte-Marie-Madeleine (Anne Du Bos), née à Sillery en 1678, d'un père français et d'une mère huronne-wendate. Selon la nécrologie de cette religieuse ursuline (1734), celle-ci consacra les dernières années de sa vie à l'enseignement de la broderie, notamment la broderie en poil d'orignal. Dès 1720, la broderie en poil d'orignal est reconnue comme une forme de travail d'aiguille très raffinée et élégante.

  • Quoi

    Les paniers d'écorce brodés de crin d'orignal étaient l'une des spécialités des Huronnes-Wendates. Cependant, ce genre de travail était aussi exécuté dans les couvents où les religieuses avaient appris l'art de cette broderie.

  • Les Huronnes-Wendates de Wendake et les Ursulines de Québec pratiquaient l'art de la broderie en poil d'orignal dont elles ornaient de jolis contenants en écorce et d'autres objets.

  • Quand

    Les documents d'archives nous informent que l'art de la broderie sur écorce de bouleau était pratiqué dès le début du 18e siècle.

  • Qui

    C'est probablement à une religieuse ursuline métisse huronne-wendate du nom de mère Sainte-Marie-Madeleine que l'on doit l'apparition de la broderie en poil d'orignal dans le travail des Ursulines. La broderie en poil d'orignal regagne en popularité au 19e siècle grâce à l'esprit d'entrepreneuriat de Marguerite « Lawinonkié » Vincent qui développe cet art en une production artisanale réalisée par les femmes de Wendake.