M15934.60 | Pont Victoria, pont roulant à vapeur, 1859

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Estampe
Pont Victoria, pont roulant à vapeur, 1859
J. W. Woodford
1860 (publication), 19e siècle
Encre sur papier - Lithographie
58.6 x 88 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M15934.60
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Estampe (6570) , pont (562)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Dans son ouvrage intitulé Construction of the Great Victoria Bridge in Canada, publié à Londres en 1860, l'ingénieur James Hodges décrit un pont roulant à vapeur :

« À la jonction du chemin de fer Champlain et de la voie ferrée temporaire aménagée pour les travaux du pont, fut érigé le célèbre pont roulant à vapeur construit par M. Chaffey, qui permit de manipuler l'ensemble des pierres pour les travaux effectués sur la rive sud du fleuve. D'une portée de 18 mètres, le pont roulant était monté sur des portiques de 396 mètres de long et 6 mètres de haut. Entre ces portiques, les pierres étaient triées et empilées, prêtes à être utilisées. Le moteur et l'appareil de levage formaient une seule machine, se déplaçant de façon transversale sur le pont roulant, qui lui était déplacé de façon longitudinale avec la plus grande facilité par la force de la vapeur. La machine déchargeait les wagons et empilait les gros blocs de pierre, dont certains pesaient dix tonnes, sans aucune difficulté. En plus de tout cela, elle accomplissait le travail d'une locomotive, car une fois le train placé entre les portiques, elle se chargeait de toute la manoeuvre nécessaire. Plus de 70 000 tonnes de pierre ont été déplacées à deux reprises par cette machine, et bien qu'elle fût de construction sommaire, et souvent durement manipulée, elle est demeurée jusqu'à la fin des travaux d'une efficacité irréprochable et en parfait état de fonctionnement. Un seul homme prenait place sur le pont roulant, un autre devant surveiller le levage et l'empilage des pierres. Ces hommes, aidés d'un ouvrier qui pompait l'eau, constituaient toute la main-d'oeuvre nécessaire pour gérer le déchargement, le triage, l'empilage et la manoeuvre. »

Extrait de James Hodges, Construction of the Great Victoria Bridge in Canada, 1860, John Weale, London.