M15934.18 | Glace projetée sur les quais devant Montréal

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Estampe
Glace projetée sur les quais devant Montréal
Anonyme - Anonymous
1860, 19e siècle
Encre de couleur sur papier
42.2 x 58.6 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M15934.18
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Impression (4091) , Scène urbaine (3948)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Dans son ouvrage intitulé Construction of the Great Victoria Bridge in Canada, publié à Londres en 1860, l'ingénieur James Hodges décrit le phénomène de la débâcle qui se produit chaque printemps sur le fleuve Saint-Laurent :

« À la mi-mars le soleil devient très fort en milieu de journée et, conjugué aux pluies abondantes et chaudes, provoque un ramollissement de la glace qui devient pour ainsi dire comme un nid d'abeilles. Lorsque la glace est dans cet état, un coup solide provoqué par un instrument pointu aura pour effet de causer l'effritement d'un bloc, même d'un mètre d'épaisseur, en des milliers de morceaux, comme s'il était constitué de millions de roseaux cristallisés disposés à la verticale. »

« La glace ainsi affaiblie est facilement brisée par les vents, particulièrement dans les endroits qui, à cause de la grande profondeur des eaux, ne gèlent pas totalement. Cette glace, qui descend les rapides, épaissit l'eau et provoque la montée du fleuve, comme au début de l'hiver. Les champs de glace affaiblis commencent alors à se briser, et en quelques jours à peine le fleuve est libéré, sauf près des quais et à certains endroits particuliers de la rive, où des amoncellements de glace ont pu s'être formés. À ces endroits, on peut voir la glace pendant plusieurs semaines. Lorsque la glace des lacs se brise avant celle du fleuve et que celle des bassins plus bas commence à fondre, de grandes « débâcles » se produisent, provoquant des amoncellements de glace et la hausse subséquente du niveau de l'eau. »

Extrait de James Hodges,Construction of the Great Victoria Bridge in Canada,1860, John Weale, London, p. 7-8.