M15296.1 | Nécessaire pour écrire

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Nécessaire pour écrire
Vers 1850, 19e siècle
24.2 x 37 cm
Don de Miss M. Gould
M15296.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Nécessaire pour écrire (1)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, il fallait pour écrire tremper une plume d'oie dans un encrier. Cet exercice pouvait prendre un certain temps, car il fallait retremper la plume toutes quelques lettres seulement.

Les plumes du genre de celles que contient ce nécessaire sont des plumes d'oiseaux dont le tuyau taillé en pointe sert à écrire . Les plus solides sont les pennes des ailes d'oiseaux vivants, surtout les cinq pennes extérieures gauche . L'aile gauche avait la préférence car les plumes utilisées par les droitiers se courbaient vers l'extérieur . L'ennui de ces plumes était que celles-ci devaient être remplacées toutes les semaines et que leur aiguisage était une opération longue, qui nécessitait un couteau-stylo spécial .

Les boites ou étuis réservés aux instruments d'écriture existent depuis le XVIIe siècle . Certains, comme celui-ci avec ses cinq plumes, ses quelques feuilles de papier, son crayon et son encrier, pouvaient se transporter et permettaient d'écrire quand et où la chose s'imposait.

  • Quoi

    Grâce à sa structure en bois recouverte de cuir, ce nécessaire peut être roulé en cylindre.

  • Utilisé en 1850, ce nécessaire d'écriture de voyage a pu avoir voyagé et servi n'importe où.

  • Quand

    Lewis E. Waterman (d. 1901) est l'inventeur du stylo-plume à réservoir. Directement inspiré du principe de la plume d'oie trempée dans de l'encre, en usage pendant des siècles partout dans le monde, ce stylo a été introduit en 1884.

  • Qui

    Ce nécessaire a été utilisé par la famille De Witt. Prospère homme d'affaires montréalais de la première moitié du XIXe siècle, Jacob De Witt (1785-1859) était présent dans les domaines du transport, du bois et des opérations bancaires.