M13321 | Collier de wampum

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Collier de wampum
Anonyme - Anonymous
Forêts de l'Est
Autochtone : Iroquois?
1765-1830, 18e siècle ou 19e siècle
36 x 0.3 cm
Don de M. Hale Esq.
M13321
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Collier de wampum (5)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Comme les peuples de toutes les cultures, les autochtones expriment leurs valeurs et leur statut en marquant leurs corps, en portant des vêtements qui les distinguent et en transportant des objets uniques ou d'une grande beauté. Selon l'explorateur français Jacques Cartier, qui accoste sur l'île de Montréal et visite le village d'Hochelaga en 1535, les Hochelaguiens apprécient particulièrement les perles blanches façonnées à partir de coquillages. Nommées esnoguy par les Iroquoiens du Saint-Laurent, elles sont, selon Cartier, « la plus précieuse chose qu'ils aient en ce monde ».

Recherche : Marie-Ève Fiset. Validation : Alain Beaulieu, Chaire de recherche du Canada sur la question territoriale autochtone, UQÀM.

  • Quoi

    Le terme « wampum » est la forme abrégée de wampumpeague, mot d'origine algonquienne du sud de la Nouvelle-Angleterre qui signifie « une branche de perles de coquillages ». Coupées en morceaux, façonnées en forme de tube, puis polies et percées d'un trou, ces perles sont ensuite enfilées en colliers simples ou tissées en larges ceintures.

  • Les perles blanches et pourpres étaient fabriquées par des groupes algonquiens du sud de la Nouvelle-Angleterre à partir de différents coquillages marins.

  • Quand

    Au 17e siècle, les colliers de wampum deviennent un élément central de la diplomatie autochtone dans le nord-est de l'Amérique.

  • Qui

    L'échange de ces colliers, qui symbolisent les engagements pris de part et d'autre et servent de moyens mnémotechniques, est indispensable pour sceller les traités. Les Européens adoptent rapidement cet élément du rituel diplomatique autochtone dans leurs négociations avec les Premières nations.