M127.0-1 | Corne à poudre

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Corne à poudre
Anonyme - Anonymous
Forêts de l'Est
Autochtone : Anishinaabe?
1820-1830, 19e siècle
87 x 8.7 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M127.0-1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Corne à poudre (8)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les sacoches à projectiles et les cornes à poudre, dans lesquelles on mettait la poudre des fusils à chargement par la bouche, étaient des éléments importants du matériel transporté par les hommes autochtones et européens au 18e siècle. Les cornes à poudre étaient souvent embellies par des courroies joliment décorées par les femmes autochtones. Cette corne à poudre a été fabriquée dans une corne de bison évidée. La courroie est faite de minces piquants de porc-épic ayant été tissés au métier pour créer des motifs géométriques colorés. La broderie tissée en piquants de porc-épic a été réalisée sur un métier en archet en insérant des piquants aplatis entre les fils de chaîne et en repliant les piquants par-dessus et par-dessous les fils de trame. La courroie est renforcée par une lanière de peau et se termine à chaque extrémité par deux rangées de minuscules perles de verre. Seule une artisane accomplie dans l'art de la broderie en piquants de porc-épic a pu créer cette magnifique pièce tissée. Avec l'introduction des fusils à cartouches vers la fin des années 1860, les cornes à poudre sont tombées en désuétude.

  • Quoi

    Voici un contenant dans lequel on mettait la poudre des fusils à chargement par la bouche. Il a été fabriqué dans une corne de bison à laquelle est attachée une longue courroie décorée d'une broderie en piquants de porc-épic tissée au métier. On portait la corne à poudre en bandoulière, de façon à y avoir accès rapidement en cas de besoin.

  • Les motifs géométriques en piquants de porc-épic minutieusement tissés au métier qui embellissent cette courroie laissent supposer que la corne à poudre provient d'une région à l'ouest des Grands Lacs.

  • Quand

    Cette corne à poudre date probablement du début du 19e siècle. Les cornes à poudre ont été grandement utilisées durant la période de guerre entre les Britanniques, les Français et les Autochtones, soit de 1754 à 1763, et sont tombées en désuétude vers la fin des années 1860, avec l'introduction des fusils à cartouches.

  • Qui

    D'après le style de la broderie en piquants de porc-épic qui enjolive la courroie, cette corne à poudre a sans doute été fabriquée par un artiste anishinaabe, métis ou cri du Nord. La corne a été acquise par sir Hugh Graham (1848-1938), devenu plus tard Lord Atholstan, qui a fondé le journal Montreal Star en 1908.