M1242 | Église paroissiale épiscopale protestante de Montréal, achevée en 1821.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Estampe
Église paroissiale épiscopale protestante de Montréal, achevée en 1821.
Anonyme - Anonymous
1822, 19e siècle
Encre sur papier - Gravure
41 x 22 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M1242
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Érigée au cours des quinze années qui ont suivi l'incendie de la première église anglicane à Montréal en 1803, l'église Christ Church symbolise le pouvoir protestant à Montréal au milieu du siècle. Confiants, après leur victoire lors des rébellions de 1837, les Anglais de Montréal construisent et renforcent divers établissements tels que l'Hôpital général de Montréal, l'Université McGill, l'Asile des orphelins protestants et la Montreal High School. À l'extérieur de Montréal, les communautés anglophones s'installent dans la vallée de l'Outaouais, et plus particulièrement dans les Cantons de l'Est.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    L'église paroissiale anglicane de Montréal s'apparente par son style et par sa taille à l'église Notre-Dame, église paroissiale catholique romaine. Son style néo-classique ainsi que ses colonnes et son portique semblent vouloir indiquer que la grandeur de l'Empire britannique est comparable à celle de la Grèce antique.

  • Au même titre que le monument Nelson, le bâtiment de la faculté de Lettres de l'Université McGill et le marché Bonsecours, cette église confère à Montréal un caractère très britannique et classique.

  • Quand

    Des églises anglicanes sont construites durant la même période à Québec (1818) et à Montréal (1821). Après la défaite de Napoléon, les Montréalais anglophones souhaitent commémorer leurs institutions et leurs liens aux civilisations classiques. L'ajout d'une horloge et d'une girouette à la flèche souligne le côté pratique de l'anglicanisme.

  • Qui

    Les Montréalais anglophones ont un sens aigu de leur identité et, grâce à leurs fortunes gagnées dans le commerce, ils sont en mesure de bâtir de nouveaux établissements comme l'Hôpital général de Montréal et l'église paroissiale (épiscopale) anglicane.