L61.30.1-3 | Modèles réduits de lampes

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Modèles réduits de lampes
Arctique de l'Est
Inuit: Nunavimiut
1900-1909, 20e siècle
Stéatite
Don de Mr. Hugh A. Peck
L61.30.1-3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Modèle réduit (422)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le qulliq, une lampe en stéatite, était probablement l'objet le plus important que pouvait posséder une femme inuite. Le qulliq fournissait la lumière et la chaleur en plus d'être utilisé pour cuire les aliments. C'est à l'épouse que revenait la responsabilité d'entretenir la flamme. Si plus d'une épouse partageait une tente ou un abri de neige, chacune possédait son qulliq et son propre endroit pour cuisiner.

Pour faire du feu, la femme plaçait d'abord un peu de lin des marais ou de mousse sur le rebord de la lampe. La cavité de la lampe était remplie d'huile de phoque ou de baleine. La femme allumait le lin des marais à l'aide d'un silex ou d'un perçoir à archet, ce qui nécessitait une certaine adresse. Une fois la lampe allumée, elle devait l'entretenir soigneusement, puisqu'une lampe laissée sans surveillance pouvait empoisonner la maisonnée. L'automne, chaque épouse devait ramasser du lin des marais ou de la mousse en quantité suffisante pour l'hiver.

  • Quoi

    Voici une réplique exacte d'un qulliq, une lampe qui fournissait chaleur et lumière en plus d'être utilisée pour la cuisson des aliments. Les chaudrons étaient également taillés dans de la stéatite.

  • Ce genre de qulliq était utilisé dans tout le Nunavik. Comme il n'y avait que quelques carrières de stéatite sur l'ensemble du territoire, les Inuits faisaient parfois du troc avec d'autres bandes pour pouvoir s'en procurer.

  • Quand

    Jusqu'à ce que les Inuits se retrouvent dans l'obligation d'abandonner leur existence nomade pour s'installer dans des établissements au début du 20e siècle, le qulliq était l'unique source de chaleur et de lumière à l'intérieur des abris de neige et des tentes.

  • Qui

    Si tous les hommes de la communauté devaient chasser et que toutes les femmes devaient faire la couture, la sculpture en stéatite nécessitait des compétences particulières. En général, il n'y avait au sein de l'unité familiale qu'une seule personne capable de fabriquer les qulliqs et les chaudrons. Ce modèle-ci a été fabriqué par un artisan inconnu et échangé au poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Kuujjuaq (Fort Chimo), où M. Hugh A. Peck en a fait l'acquisition.