II-60156.1 | Mlle Bethune costumée en « Incroyable », Montréal, QC, 1881

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Mlle Bethune costumée en « Incroyable », Montréal, QC, 1881
Notman & Sandham
1881, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
14 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-60156.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  féminin (18977) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Mlle Bethune est également un des principaux personnages de la photographie composite du carnaval de patinage. Elle y est costumée en « Incroyable ». Plusieurs gravures de mode sur les bals costumés illustrent ce personnage dans une pose similaire, et selon un manuel publié en 1887, ce costume est alors « un des plus populaires ». À la fin des années 1790, en France, on désigne sous le nom d'« incroyables » des hommes vêtus à la fine pointe de la mode. Dans le contexte du bal costumé, cependant, ce nom s'applique aux femmes qui portent une version féminisée d'un costume militaire légèrement exagéré datant d'environ 1789, époque de la Révolution française.

Il s'agit d'un des nombreux costumes de style militaire souvent adoptés par les femmes, dont les personnages sont aussi appelés « Fille du régiment », « Vivandière » ou « Une militaire ». La popularité de ces costumes réside vraisemblablement dans leur masculinité qui rappelle un uniforme. Mais c'est là où s'arrête la mixité dans l'habillement, car il n'existe aucune preuve qu'une femme ait déjà porté ce costume avec un pantalon.

References
Ardern Holt, Fancy Dresses Described, or What to Wear at Fancy Balls, 5e édition, Londres, Debenham and Freebody, 1887, p. 119.

Aileen Ribeiro, Fashion in the French Revolution, Londres, Batsford, 1988, p. 117.

  • Quoi

    Costumée en « incroyable », Mlle Bethune adopte une pose typique de ce personnage souvent illustré sur les gravures de mode. Deux portraits ont été pris, l'autre ayant été utilisé pour la photographie composite.

  • Mlle Bethune n'est pas vraiment sur une patinoire à l'extérieur, mais dans un studio de photographie, posant sur une surface réfléchissante devant une toile de fond peinte.

  • Quand

    Au XIXe siècle, il est extrêmement rare qu'une femme se risque à porter un pantalon, même lors d'un bal ou d'un carnaval costumé.

  • Qui

    De toute évidence, Mlle Bethune faisait partie des invités de marque puisqu'on lui a réservé une place centrale dans la photographie composite, et que les journaux ont mentionné le fait qu'elle fut présentée à Lord Lorne.