II-149661 | Chambre à coucher, résidence de Mme Hope, Montréal, QC, 1904

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Chambre à coucher, résidence de Mme Hope, Montréal, QC, 1904
Wm. Notman & Son
1904, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-149661
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Photographie (77678) , résidentielle (1254)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au début du XXe siècle, il est depuis longtemps passé dans les moeurs bourgeoises d'orner les espaces domestiques de photographies diverses. Les images sont essentiellement des portraits réalisés en studio que l'on installe bien en vue à l'intention des proches et des intimes. Accrochées aux murs ou simplement déposées sur un manteau de cheminée, ces images, dont certaines sont parfois élégamment encadrées, racontent l'histoire familiale. Ces arrangements forment en définitive un portrait de famille complet où l'aïeul trône en patriarche sur les générations suivantes. L'industrie du portrait photographique de l'époque tire profit de ce désir de pérennité exprimé par les contemporains.

  • Quoi

    La présence de photographies dans les espaces domestiques est un phénomène social qui prend son essor avec l'industrialisation de la photographie dans les années 1850. Les portraits réalisés en studio constituent alors l'essentiel de la pratique photographique.

  • La photographie est omniprésente dans les intérieurs bourgeois de l'époque. On la retrouve dans les salons et cabinets d'études, mais également dans les espaces domestiques les plus privés.

  • Quand

    La photographie a le pouvoir de préserver l'image de moments depuis longtemps révolus, d'où l'immense succès du portrait photographique qui assure au modèle une permanence somme toute bien symbolique.

  • Qui

    La chambre à coucher de Mme Hope est décorée de nombreuses photographies d'êtres chers. En ce sens, elle démontre bien la dimension affective rattachée aux images photographiques.