II-116749 | Déchargement du vapeur « Durham City », Montréal, QC, 1896

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Déchargement du vapeur « Durham City », Montréal, QC, 1896
Wm. Notman & Son
1896, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-116749
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  maritime (666) , Photographie (77678) , quai (160) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le principal avantage de Montréal est sa position stratégique au coeur des systèmes de transport. Son port est le plus achalandé du Canada : chaque été, on y observe une véritable forêt de mâts de navires. La Commission du port améliore les installations et, sous l'impulsion de son président, John Young (1811-1878), elle fait creuser, à partir de 1850, un chenal dans le fleuve entre Québec et Montréal. De plus gros océaniques peuvent ainsi se rendre jusqu'à la métropole. Les frères Hugh et Andrew Allan mettent sur pied l'une des lignes transatlantiques les plus importantes de l'histoire du Canada et sont fort actifs dans de nombreuses autres entreprises montréalaises.

  • Quoi

    Les marchandises apportées par le cargo Durham City sont déchargées sur les quais du port de Montréal et attendent d'être expédiées vers leur destination ultime.

  • Les quais du port offrent un lien facile avec les chemins de fer, comme le montrent les wagons, à gauche. L'espace est cependant fort encombré, et des travaux d'agrandissement sont nécessaires.

  • Quand

    En 1896, la Commission du havre amorce d'importants travaux de modernisation du port de Montréal. Ceux-ci comprennent notamment la construction de nouveaux quais surélevés ainsi que l'érection de hangars à marchandises et d'élévateurs à grain.

  • Qui

    Les débardeurs, qui chargent et déchargent les navires, forment le gros de la main-d'oeuvre du port. Leur travail est exigeant physiquement. Au plus fort de la saison, ils doivent travailler de très longues heures, mais en hiver, alors que la navigation est interrompue, ils sont en chômage pendant cinq mois.