I-48408.1 | Mlles Annie Blake et Emma Devoy costumées, Montréal, QC, 1870

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Mlles Annie Blake et Emma Devoy costumées, Montréal, QC, 1870
William Notman (1826-1891)
1870, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-48408.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  féminin (18977) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Avant l'avènement de la télévision, de la radio et des salles de cinéma, les spectacles itinérants de vaudeville constituaient la forme principale de divertissement populaire. Au Canada, un plus grand nombre de femmes que d'hommes était attiré par le monde du spectacle, mais celles qui voulaient y trouver fortune et célébrité étaient forcées de s'exiler aux États-Unis ou en Angleterre. En effet, au Canada, il a fallu attendre au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale pour qu'il soit possible de fonder une compagnie théâtrale.

En 1896, le premier baiser jamais vu à l'écran fut déposé par l'actrice canadienne May Irwin sur la joue de l'acteur John C. Rich. Sur scène, le baiser avait été reçu dans l'« hilarité », écrit l'historienne Paula Sperdakos, mais « à l'écran, les gens l'ont assimilé à un geste amoureux scandaleusement torride. En plus d'attirer les foudres du clergé, la scène du baiser en a incité plus d'un à exiger la censure de ces images outrancières constituant un poison pour l'âme. »

Peu de femmes ont réussi, comme Irwin, à se hisser au rang de star. Les actrices de théâtre étaient considérées comme à peine plus respectables que des danseuses. Ce n'était pas le fait d'incarner des rôles qui était mal vu. En effet, les familles, les écoles et les clubs montaient régulièrement des pièces de théâtre. C'était le mode de vie des actrices qu'on trouvait répréhensible. En travaillant de longues heures aux côtés des hommes et en voyageant sans chaperon, les femmes qui choisissaient la carrière d'actrice troquaient leur respectabilité en échange de la possibilité de mener l'existence de leur choix.

Source : circuit web 'À l'ombre de Lui' de Elise Chenier, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ces femmes sont peut-être des comédiennes amateur de la région ou des artistes en tournée ayant décidé de faire faire leur portrait avant de partir pour une autre ville.

  • Il s'agit d'un portrait typique du studio Notman.

  • Quand

    Ce portrait a été réalisé en 1870.

  • Qui

    Mlles Annie Blake et Emma Devoy posent pour ce qui pourrait être l'un des premiers exemples de ce qu'on appelle dans le domaine du cinéma un « gros plan ».