I-4562.0.1 | Monseigneur Ignace Bourget, Montréal, QC, copie réalisée en 1862

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Monseigneur Ignace Bourget, Montréal, QC, copie réalisée en 1862
William Notman (1826-1891)
1862, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-4562.0.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En général, les anglophones et les francophones de Montréal ont tendance à vivre à leur façon, avec des institutions qui leur sont propres. Chez les Montréalais francophones, l'Église catholique joue un rôle très important dans l'organisation sociale. Elle connaît d'ailleurs une véritable renaissance sous l'épiscopat de Mgr Bourget. S'appuyant sur un clergé plus nombreux et mieux formé, l'évêque peut encadrer plus étroitement ses fidèles. Au bout d'une longue lutte avec les sulpiciens, il obtient de Rome, en 1865, le démembrement de la paroisse Notre-Dame, ce qui lui permet de multiplier les paroisses sur le territoire.

  • Quoi

    Ignace Bourget est l'évêque de Montréal, mais son diocèse comprend un territoire très vaste, dont la ville de Montréal ne constitue qu'une petite partie. Graduellement, ce territoire sera réduit par la création de nouveaux diocèses, dont ceux de Saint-Hyacinthe en 1852 et de Valleyfield en 1893.

  • C'est à Rome que Bourget prend son inspiration pour renforcer la discipline dans l'Église. Il s'identifie aux ultramontains. Il fera même construire sa nouvelle cathédrale sur le modèle de Saint-Pierre-de-Rome.

  • Quand

    Ignace Bourget devient évêque de Montréal en 1840, au décès de son prédécesseur, Mgr Jean-Jacques Lartigue (1777-1840). Il démissionne en 1876 en raison des conflits qui divisent l'Église au Québec.

  • Qui

    Ignace Bourget (1799-1885) naît dans une famille de cultivateurs à Lauzon, près de Québec. Il fait ses études au séminaire de Nicolet, puis devient secrétaire de Mgr Jean-Jacques Lartigue en 1821. C'est ce dernier qui choisit Bourget pour lui succéder et qui fait accepter ce choix par le pape.