I-43390 | Mme R. Tait, Montréal, QC, 1869-70

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Mme R. Tait, Montréal, QC, 1869-70
William Notman (1826-1891)
1869-1870, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
12 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-43390
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  féminin (18977) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le mariage marquait le début d'une nouvelle étape dans la vie d'une femme ; mais son existence serait-elle vraiment différente ? Lors d'une cérémonie nuptiale traditionnelle, le père confiait sa fille au nouveau mari. C'était-là plus qu'un rituel : le mariage constituait en fait un transfert du père au mari de l'autorité, tant juridique que coutumière, exercée à l'endroit de la femme.

En 1886, on exhortait les épouses à ne jamais interrompre leur mari avec des « questions frivoles » quand il était en train de lire le journal. « Soyez patiente, et s'il tombe sur un passage qu'il vous croit en mesure de comprendre, peut-être vous en fera-t-il lecture. »

Les épouses devaient se soumettre à leur mari, même lors des ébats sexuels. Ainsi, une femme mariée ne pouvait légalement refuser d'avoir une relation sexuelle avec son époux, quelles que soient ses raisons. Les désirs des hommes constituaient donc, du moins aux yeux de la loi, des ordres auxquels les femmes étaient tenues d'obéir.

Source : circuit web 'À l'ombre de Lui' de Elise Chenier, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ce portrait de mariage de Mme R. Tait est particulièrement intéressant en raison de la manière dont elle tient son gant. Selon les traditions européennes de l'art du portrait, le fait de tenir un gant sert à indiquer soit que la personne effectue un changement d'orientation dans sa vie, soit qu'elle est mariée.

  • Ce portrait de Mme R. Tait a été réalisé au studio de William Notman, à Montréal.

  • Quand

    Mme R. Tait a fait prendre son portrait en 1870.

  • Qui

    Les jeunes mariées étaient souvent photographiées seules.