I-27991.1 | Hon. George Étienne Cartier, M. Cuvillier et trois prêtres, Montréal, Qc, 1867

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Hon. George Étienne Cartier, M. Cuvillier et trois prêtres, Montréal, Qc, 1867
William Notman (1826-1891)
1867, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
12 x 17 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-27991.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  informel (1120) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

Le plus ardent défenseur du compromis proposé par Lafontaine est George-Étienne Cartier, le politicien qui s'emploiera avec le plus d'acharnement à faire entrer le Québec dans la Confédération. Cartier était avocat pour la compagnie du Grand Tronc. Même s'il n'est pas lui-même particulièrement religieux, il a conscience, comme le laisse entrevoir cette photographie, du rôle politique et social de l'Église catholique romaine. Il compte aussi parmi ses clients les Sulpiciens, l'ordre religieux le plus important du Québec. Durant les années 1850, Cartier devient le principal allié au Québec de John A. Macdonald.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Cette photographie, qui représente Cartier en compagnie de trois prêtres, est fort révélatrice. Elle montre que même s'il n'est pas un homme religieux, Cartier est conscient de l'importance d'une alliance avec les chefs de l'Église catholique romaine.

  • Bien qu'on le connaisse comme le chef du Canada français et celui qui a fait entrer les Canadiens-Français dans la Confédération, Cartier est essentiellement un Montréalais. C'est à Montréal qu'il a son cabinet et sa maison de campagne.

  • Quand

    Cartier succède à Lafontaine au poste de principal chef politique du Canada français. Durant les années 1850 et 1860, il travaille à une solution fédérale afin de résoudre les divisions au sein du Canada. Sa carrière prend fin avec le scandale du Pacifique. Cartier meurt en 1873.

  • Qui

    Le succès de Cartier tient à son talent pour réunir des groupes divergents : les protestants et les catholiques romains, les Français et les Anglais, les habitants du Haut-Canada et ceux du Bas-Canada. Sa souplesse de caractère et ses liens étroits avec le chemins de fer et avec l'Église l'aident à passer au travers des négociations ardues qui mèneront à la Confédération.