CN-1-166 | Pierre Beliveau

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Serment d'allégeance
Pierre Beliveau
1768, 18e siècle
Papier
16.7 x 21 cm
CN-1-166
Cet artefact appartient à : © Centre d'études acadiennes
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Sous le Régime anglais, les difficultés qu'éprouvent les Acadiens de la Nouvelle-Écosse ne sont pas étrangères à l'imposition du serment d'allégeance par les autorités britanniques, qui veulent ainsi s'assurer de la fidélité de ces habitants en cas de guerre avec la France. Avant 1755, les Acadiens sont généralement très réticents à prêter ces serments d'allégeance.

Pour des raisons économiques et militaires, les autorités britanniques permettent d'abord aux Acadiens de demeurer sur leurs terres après le traité d'Utrecht de 1713 qui cède l'Acadie à l'Angleterre. Ce n'est qu'en 1720 que le gouverneur de la Nouvelle-Écosse, Richard Philipps, exige des Acadiens qu'ils prêtent le serment d'allégeance inconditionnelle à la Couronne britannique. Devant le refus général des Acadiens et en raison de la guerre qui oppose la France et l'Angleterre dans les colonies du Nouveau Monde, les autorités britanniques, entre 1755 et 1763, déportent les Acadiens, surtout vers les colonies anglaises du littoral atlantique nord-américain.

En 1764, le Board of Trade de Londres permet aux Acadiens qui ont été déportés et à ceux qui se sont réfugiés en forêt de revenir en Nouvelle-Écosse, leur ancienne Acadie, mais sous certaines conditions. Ils doivent prêter le serment d'allégeance à la Couronne britannique et accepter d'être dispersés en petits groupes.

  • Quoi

    Ce serment d'allégeance a d'abord été imprimé. Les renseignements particuliers ont ensuite été ajoutés à l'encre.

  • Un grand nombre de serments d'allégeance proviennent de la Nouvelle-Écosse.

  • Quand

    Ce serment d'allégeance porte la date du 3 mai 1768.

  • Qui

    Ce serment d'allégeance porte la signature de Pierre Belliveau.