C572_A.06.581.1 | Une scène d'hiver

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Une scène d'hiver
Auguste Trichon (1814 - ? )
1875, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
16.3 x 23.1 cm
C572_A.06.581.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Impression (4091) , Scène de genre (188)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le texte qui accompagne cette illustration de l'hebdomadaire montréalais L'Opinion publique décrit une scène se déroulant dans un humble logement, qui pourrait se trouver à Montréal. Dans la plupart des villes canadiennes, à cette époque, près de la moitié de la population peut être considérée pauvre, c'est-à-dire qu'elle n'est pas en mesure de se loger, de se nourrir, de s'habiller ou de se chauffer convenablement. L'hiver est particulièrement éprouvant. Le texte invite les lecteurs du journal à être généreux envers ces pauvres gens :

« Les membres de certaines associations de secours, les visiteurs de la Société St-Vincent-de-Paul, par exemple, ne s'étonneront point de la scène poignante que représente notre gravure. Les fonctions qu'ils exercent dans les quartiers pauvres des grandes villes leur ont, hélas ! rendu familiers ces lamentables tableaux d'intérieur.
Il faut entendre les récits, les descriptions des membres des sociétés de secours, pour savoir combien aujourd'hui surtout, la misère est grande, et comprendre toute l'horreur de certaines situations.(...)
Notre gravure peut se passer de commentaires. (...) Ces malheureux enveloppés de loques, de lambeaux d'étoffes, et dont les yeux hagards racontent les privations et les tortures de la faim ; (...) ce chef de famille aux traits amaigris, délirant sur un grabat, tout cela parle avec une douloureuse éloquence.
Les deux femmes du monde qui, enveloppés de chaudes fourrures, paraissent tout à coup sur le seuil, produisent dans ce grenier l'effet bienfaisant d'un rayon de soleil dans le cachot d'un prisonnier.
Ces dames, chères lectrices, c'est vous femmes charitables, dont le coeur, ému déjà au récit des infortunes de beaucoup de vos semblables, irez porter à ces déshérités, durant les longs jours de cet hiver, le pain, les vêtements, le bois, les remèdes (...) »

  • Quoi

    Tenant plus du magazine familial que du journal d'opinion, le Canadian Illustrated News et son pendant francophone, L'Opinion publique, relatent régulièrement des faits divers de ce type.

  • D'après le texte qui accompagne la gravure, la scène représentée pourrait se dérouler à Montréal. Cependant, comme l'artiste est français, elle a pu être inspirée par un décor européen.

  • Quand

    La Société Saint-Vincent-de-Paul, dont le texte fait mention, fait partie des oeuvres charitables mises sur pied à Montréal par l'Église catholique au 19e siècle. La communauté protestante possède aussi ses institutions de bienfaisance, qui sont menées principalement par des laïcs.

  • Qui

    L'auteur de cette illustration est le français François-Auguste Trichon, un graveur sur bois renommé au 19e siècle.