C-029399 | Grévistes des camps de secours pour chômeurs en route vers l'Est lors de la « Marche sur Ottawa »

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Grévistes des camps de secours pour chômeurs en route vers l'Est lors de la « Marche sur Ottawa »
Juin 1935, 20e siècle
C-029399
Cet artefact appartient à : © Archives nationales du Canada
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les camps de travail pour hommes célibataires établis par Ottawa en 1932 suscitent un profond mécontentement chez leurs résidants. « Un homme dans un camp considère qu'il perd son temps et devient ouvert à toute forme de propagande prônant le changement », note un observateur. (cité dans Horn)

Sous la direction du Parti communiste, la Camp Workers' Union invite les hommes à faire la grève pour obtenir « du travail pour un salaire ». Au début de 1935, les grévistes des camps de secours se réunissent à Vancouver. Incapables de faire reconnaître leurs demandes, ils entament une marche sur Ottawa, utilisant des wagons couverts du Canadien Pacifique pour leur transport.

Nourris en chemin par des partisans, les marcheurs sont environ un millier lorsqu'ils atteignent Regina. Là, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) leur ordonne de s'arrêter, tandis que huit hommes sont autorisés à rencontrer le cabinet à Ottawa. Cette démarche n'aura aucun résultat.

Le 1er juillet, la GRC et la police de Regina arrêtent les chefs des grévistes, ce qui déclenche une émeute au cours de laquelle un policier en civil est tué. Cet événement aura pour conséquence de mettre fin à la marche.

  • Quoi

    On donne aux résidants des camps de secours le surnom de « Royal Twenty Centers » ou « Vingt cennes », une allusion ironique à leur allocation quotidienne de 20 cents par jour et à l'administration militaire des camps.

  • Le gouvernement installe la plupart des camps dans des régions éloignées, notamment à l'intérieur des terres de la Colombie-Britannique, dans le nord de l'Ontario et dans le nord du Québec.

  • Quand

    À l'élection fédérale de 1935, les libéraux promettent de fermer les camps; le dernier camp cessera ses activités en 1936. Cette mesure ne résout pas pour autant le problème de recherche d'emploi des chômeurs.

  • Qui

    Le dirigeant de la marche est Arthur « Slim » Evans (1888-1944), un syndicaliste chevronné membre du Parti communiste de la Colombie-Britannique.