ACC5450A-B | Panier

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Panier
Anonyme - Anonymous
Forêts de l'Est
Autochtone: Mi'kmaq
1870, 19e siècle
9.5 x 15.5 x 25.6 cm
Don de Mrs. James H. Peck
ACC5450A-B
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Panier (372)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Partie 1 - L'art des Mi'kmaq, un savoir-faire précieux

Les Mi'kmaq qui habitent la côte est du Canada ont toujours fabriqué des objets utilitaires, significatifs et esthétiquement plaisants à l'aide de techniques variées et complexes. L'étude de ces pièces nous permet de saisir à la fois la grande adaptabilité de ces autochtones et le dynamisme de leur culture, ouverte au changement. Ces objets délicatement ouvragés témoignent d'un savoir-faire vieux de plusieurs millénaires.

Les Mi'kmaq peuvent mettre à profit les ressources d'un territoire généreux, couvert de forêts et bordé à l'est par l'océan Atlantique. Le bois est l'un des matériaux qu'ils utilisent les plus fréquemment. Érable, frêne, peuplier, bouleau et cèdre prêtent leurs écorce, branches et jeunes pousses à la création d'objets du quotidien.

  • Quoi

    Ce panier décoratif est fait d'éclisses de bois. Le motif de vannerie appliqué ici est habituellement désigné sous le nom de « bigorneau » (jikiji'j en mi'kmaq), du nom du petit coquillage dont la forme est évoquée.

  • Au 19e siècle, les Mi'kmaq n'hésitent pas à parcourir de grandes distances pour vendre le produit de leur art, et particulièrement leurs paniers. Celui qui est représenté ici provient de Rivière-du-Loup ; peut-être est-ce son lieu d'origine, mais peut-être aussi a-t-il été fabriqué en Gaspésie et vendu à des touristes ou des collectionneurs.

  • Quand

    Il semble que ce panier ait été fabriqué durant la seconde moitié du 19e siècle.

  • Qui

    Les paniers mi'kmaq portent la marque de l'artiste qui les a confectionnés. Si les collectionneurs et les acheteurs qui les ont acquis au 19e siècle n'ont pas cru bon de consigner le nom de leur auteur, les vanniers eux-mêmes reconnaissent les signes distinctifs de chacun.