73-19-29 | Évangeline

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Gravure
Évangeline
Thomas et James Faed
1863, 19e siècle
Papier
35.5 x 44 cm
Don de R. P. Clément Cormier, c.s.c.
73-19-29
Cet artefact appartient au : © Musée acadien de l'université de Moncton
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Un des tout premiers artistes à nous donner une représentation visuelle d'Évangéline est Thomas Faed (1826-1900). Né à Kirkcudbrightshire, en Écosse, il peint son portrait au début des années 1850. L'image montre Évangéline assise dans un cimetière, près de la côte, toujours à la recherche de son Gabriel.

Ce tableau est reproduit en gravure, en 1855, par le frère de l'artiste, James Faed (1821-1911). Longfellow reçoit une copie de la gravure cette même année.

L'image, très prisée, paraît dans deux éditions subséquentes, soit en 1860 et en 1863. La société américaine Currier & Ives, renommée pour ses gravures populaires, en produit également une version.

Au début du XXe siècle, l'Evangeline de Faed est imprimée sur des cartes postales, ce qui en accroît encore la popularité. Elle est même empruntée comme logo dans le monde du commerce.

  • Quoi

    La légende se lit comme suit : « Sat by some nameless grave and thought that perhaps in its bosom He was already at rest, and she longed to slumber beside him. »

  • Cette reproduction fut imprimée par Moore McQueen & Co. de Londres.

  • Quand

    Il s'agit de la troisième édition de la gravure, datant de 1863.

  • Qui

    Cette image fut également copiée par le célèbre peintre canadien Cornelius Krieghoff (1815-1872).